© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

mercredi 31 octobre 2007

Pierre PEUCHMAURD, Le tigre et la chose signifiée, L'ESCAMPETTE -



PIERRE PEUCHMAURD
LE TIGRE
ET LA CHOSE
SIGNIFIEE

L' ESCAMPETTE
Editions P O E S I E


Pierre Peuchmaurd nous immerge à chaque livre dans un univers onirique et
sensoriel versé dans le surréalisme. Son Ecriture charnue et pénétrante étincelle de deux magies : le merveilleux et la grâce où passent filles intenses, bêtes totales et choses au volant de la chose, menées par les mains claires de sa candeur. Et dans les tensions du rouge oblique, du rose lunaire et du noir cossu, la fantaisie partout très physique, consent à une mâchoire de griffes.
Sous le titre ample 'Le tigre et la chose signifiée', P. Peuchmaurd réunit des proses poétiques d'une belle eau de bouche à l'adresse de dédicataires, et nous envoie des textes tout aussi éblouissants.
Mots en leçons de veille, avancez-vous ! il n'est rien de plus troublant que de regarder cette Poésie couverte de théâtres en pinceaux vaguant identiquement par trois. Faces à reflets. Chairs fredonnées. Beauté libre à deux coups." Déboutée, déboulée, sang lié, la bête bleue des halliers a franchi le miroir . . . Lourde et faisane, l'aile de plomb, la tête lasse, elle s'envole à pas d'homme, elle aboie aux oeufs noirs qui surchargent son rêve de viandes noires, de pivoines" .Pierre Peuchmaurd, comme drapé des ors cardinaux, sort de l'ordinaire le rayon de la lumière roulé dans ses traces de Poète. " Carreaux d'or, carreaux d'ombre – le soleil casse les soirs, casse les tempes et les jeunes fauves au sang de verre " . D'ailleurs, soudain, s'adossent à la page de garde les rêves de nacre impalpable éployés dans nos yeux. Et bougent en nous, du haut de nous, l'écume écuyère et le lasso de ses neiges. Quand nous savons revêtir la mémoire inlassable de la pierre à soleil : " la pierre . . . c'est l'os de la pensée, le temps comme il se jette des terrasses du silence ".Mots presque sans mots, prenez un oeil de penseuse dans ce vase frotté de majuscules : " Lueurs des plumes, des petites robes et du remords. Lueurs du sang dans le jardin ". Et puis, coulez-vous une fois à la fois dans ce bourdon d'élégance : " C'est inquiet comme une aile dans l'amour ".
Tandis qu'au loin, de près, la Voix élancée et exacte de Pierre Peuchmaurd est peuplée du frai de la Langue de soie. Au lever des lèvres. " Blanche aurore barbelée, la bête aux rubans bondit dans l'air blanc. Je tiens encore ses gants de feuilles ".



Isabelle DALBE, Janvier 2007 


Les ors cardinaux Visuel I. DALBE



Sur ce blog : Hommage permanent à Pierre Peuchmaurd (photos et bibliographie) → ici



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire