© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

vendredi 25 décembre 2009

Vitrine d'hiver ' Le Tropique ' Saint-Etienne ouverte à Laurent Albarracin et à Georges-Henri Morin

Une des vitrines d'hiver de la Bouquinerie 'Le Tropique' présente :

► de Laurent Albarracin : 5 ouvrages : 'Le feu brûle ' (Atelier de l'Agneau); 'Le Verre de l'eau' (Le Corridor bleu); 'Cartes sur l'eau' (Simili sky), 'Le Secret secret' Editions de Surcroît, 'Chaque horizon' (Collection le Cadran ligné).
Et 10 livres d'un seul poème de la ' Collection le Cadran ligné ' lancée par L. Albarracin.


► de Georges-Henri Morin : deux eaux-fortes et 3 ouvrages des Editions de Surcroît ( dessins de G-H Morin et textes d'un poète) :
. Laurent Albarracin ' Le Secret secret '
. Pierre Peuchmaurd ' Alices '
. Pierre Peuchmaurd ' Histoire du Moyen-Âge '

° 

Laurent Albarracin . . . fait penser à René Magritte, et aussi à Roberto Juarroz

Laurent Albarracin né en 1970, vit en Corrèze.

.Poète, il a publié de nombreuses plaquettes de poésie, ainsi que des livres de poésie, dont 'Les jardins nucléaires' -L'Air de l'eau- 1998; ' Le feu brûle' - Atelier de l'Agneau -2004 ; 'Résolutions'- Myrddin-2004; 'Vingt-sept sonnets' -Ikko- 2005; 'Le secret secret ' -dessins de Georges-Henri Morin - Editions de Surcroît – 2006; 'De l'image' -L'Attente- 2007; ' Le verre de l'eau '- Le Corridor bleu - 2008; ' Cartes sur l'eau ' - Simili Sky 2008 -.
Ses sonnets et autres textes à contraintes figurent en bonne place dans l'anthologie 'Le jardin ouvrier' paru chez Flammarion en 2008.

.Il est l'auteur du remarquable ouvrage ' Louis-François Delisse ' consacré au poète, paru en 2009 aux Editions des Vanneaux, dans la Collection 'Présence de la Poésie'. Et dans la même veine chez le même éditeur, à paraître incessamment : ' Pierre Peuchmaurd ' . Laurent Albarracin a publié en 2007, à L'Oie de Cravan, Montréal ' Pierre Peuchmaurd, témoin élégant '.

.Il est éditeur de la Collection de livres de poésie ' Le Cadran ligné ', dont chaque titre correspond à un seul poème court.

.Il collabore à la revue de poésie : Les Cahiers de l'Umbo revue de création contemporaine d'inspiration surréaliste

.Il tient une chronique de poésie sur le site internet de Pierre Campion.: http://pierre.campion2.free.fr/albarracin_chronique.htm

.Il anime le site internet 'Le Cadran ligné' à l'adresse : http://www.netvibes.com/albarracin#Ce_que_je_fais_parfois

« Laurent Albarracin n'en a jamais fini avec la chose des choses : avec l'épaisseur de leur épaisseur, avec l'évidence de leur évidence, avec l'immanence de leur mouvement. Deux figures principales dans son manège, en apparence incompatibles : la métaphore qui déporte telle chose vers autre chose et la tautologie qui boucle la chose sur elle-même à simple, double ou même triple tour » Pierre Campion

« ' Le feu brûle ' . . . En intitulant ainsi ce recueil, Laurent Albarracin en jouant sur l'évidence maintient sa poésie dans un registre subtil et parvient à éviter les pièges de la quotidienneté pour imposer un paysage à part dans la jeune poésie contemporaine française . . . ». Marc Blanchet

« . . . Laurent Albarracin excelle dans de courts poèmes absurdes, fourmillant d'expressions déconcertantes. Il me fait penser à Magritte. Peut-être y-a-t-il chez les deux la même provocation qui dessille le regard . . . » Lucien Wasselin

« Cinétique en diable, plaisamment virevoltante, éminente de liberté, la Poésie de Laurent Albarracin avance dans un va-et-vient pour surprendre, prendre, suspendre, reprendre, tendre tant l'imprévisible que l'insoupçonné. Elle révèle, de proche en proche, les choses attenantes à la chose. Tout comme la poésie de Roberto Juarroz, par son passage et passage à nouveau, elle déploie ses longues ouvertures en épuisant le contenu de la chose ou du concept. Elle puise là pour remplir au-dessus. Elle est la poésie de la Révélation, ce haut bruit de lumière. » Isabelle Dalbe

° ° °

Georges-Henri Morin . . . un rigoureux peintre-dessinateur et une manière poétique très singulière. 
Georges-Henri Morin né en 1950, vit à Lyon.

.Ecrivain, il a publié, aux Editions PAYOT en 1977, Le cercle brisé , l'image de l'indien dans le Western.


.Poète, il a participé aux côtés de Guy Cabanel, Vincent Bounoure, Bernard Caburet, Jorge Camacho, Marianne Van Hirtum, Robert Lagarde, Joyce Mansour, Mimi Parent, etc . . . au Bulletin de Liaison Surréaliste (1970-1976).
.Dessinateur, aux Editions URDLA a paru un recueil de poèmes / livre de peintre : Les Compte-fils (textes sur cannabis accompagnés de huit eaux-fortes sur japon nacré) dont Alain Joubert dit « Nous sommes ici dans le grand luxe . . . Mais nous sommes aussi au coeur d'une manière poétique très singulière où l'auteur -Georges-Henri Morin – rend l'ellipse palpable, le non-dit aveuglant et la perspective capricieuse. G-H Morin est également un rigoureux peintre / dessinateur ».

.Il est éditeur des Editions de Surcroît et a illustré, à cette enseigne, les recueils de poésie des poètes Laurent Albarracin et Pierre Peuchmaurd.


.Il collabore régulièrement au bulletin trimestriel de l'URDLA (Villeurbanne) : ' ça presse ' une revue pour les droits de la liberté en art; à Les Cahiers de l'Umbo, revue de création contemporaine d'inspiration surréaliste.


« . . . Les Eveilleuses de Georges-Henri Morin bougent, émettent dans la quintessence des vibrations. Tout en force et présence, elles sont un monde en règne à la rencontre du regard. Belles Eveillées drapées de bruits sur les lots des chemins, le pan de leur richesse sobre, le pan de leur sobriété riche participent de leur grande élégance. » Isabelle Dalbe


« . . . LES CREATURES . . . Gare à vos doigts, attention à vos coeurs – les créatures de Georges-Henri Morin piquent, et pas seulement la curiosité. Elles griffent, elles mordent; certaines agitent des fouets de verre, des jouets de fer. Elles-mêmes, on dirait qu'elles ne saignent jamais, ou bien de froids cristaux d'absolu millimétrique.
Vous les croisez, elles ne vous croisent pas. Vous les regardez, elles ne vous regardent pas. Cela inquiète la chair, les raisons de la chair; ça tourmente toute raison. Cette élégante boucherie se fait dans un silence où vous ne vous entendez pas crier. Les créatures mandibulent. Vous crissez comme un aigle que rongent les fourmis blanches. Au millimètre. »
Pierre Peuchmaurd


° ° °

Une carte créée pour la Bouquinerie 'Le Tropique ' 24 rue Pierre Bérard à Saint-Etienne à été éditée en tirage limité. Un dessin original de Georges-Henri Morin (Collection privée) accompagne un poème inédit de Laurent Albarracin.
Présentation de la carte : début 2010


I. Dalbe





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire