© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

lundi 20 décembre 2010

Revue EMPREINTES N° 16 – Octobre 2010 – Editions de l'Usine




Couverture ''Le Musée de la forêt'' 
sculpture en bois Henri Wastine
photo Claude BRABANT



◘ Vente au numéro : 8 euros. 
Abonnement à la revue ''Empreintes'' : 30 euros les 4 numéros


L’ Usine

102, Bd de la villette
75019 Paris 

Tel. 01.42.00.40.48




SITE de L'USINE → ici  


Empreintes est une superbe revue d'art et de littérature, voulue par les Editions de l'Usine comme une « revue d'humeur sans ligne de conduite ni de limites de genre, revendiquant la liberté de pouvoir être pornographique et provocante quand cela lui convient ». En s'inscrivant dans une recherche constante de la découverte afin d'installer ses lecteurs dans une surprise ininterrompue, elle panache les publications d'oeuvres d'artistes : dessins, gravures, photographies « à condition qu'elles ne soient pas reproduites ailleurs » (art brut, art contemporain) et les publications d'écrits inédits d'auteurs (tant écrivains que poètes ou nouvellistes) contemporains ou du passé, ces derniers parfois méconnus ou oubliés alors que leurs oeuvres se révèlent être étonnamment modernes.

L'Usine est aussi un espace d'expositions permettant de faire découvrir des artistes contemporains, peintres, dessinateurs, sculpteurs, graveurs, photographes en organisant des expositions de leurs oeuvres et en publiant quelques livres d’artiste.


S O M M A I R E :




 ◘ ART; ART & ECRITURE ◘




~ Martin Van MAELE (1863-1926) ~


La grande danse macabre des vifs


Dessinateur qui ayant illustré de grands classiques (Apulée, Diderot, Laclos, Michelet, Verlaine), s'est ensuite rapidement spécialisé dans l'illustration de livres érotiques.

La grande danse macabre des vifs où la vie dispute libido et désir à la mort et à des ''contraintes '' de vigueur analogue (enfermement), est un livre de 40 dessins satiriques et humoristiques, réalisés non pour l'illustration d'un texte, mais librement par l'artiste, et publié par Charles CARRINGTON à cent exemplaires, en 1905. Réédition en 1970 aux Etats-Unis.
La revue '' Empreintes '' N°16 nous présente une dizaine de ces dessins.





Couverture ''La grande danse macabre des vifs ''
Martin Van Maele




~ Raul SCHNEIDER ~




Dessinateur contemporain, né en 1945, dont les oeuvres (techniques : dessin à la plume, aquarelle, pastel) ont fait l'objet de publications en revues (Le Fou parle, Bicéphale, Le Magazine littéraire) et de nombreuses expositions à Paris et à l'étranger – Allemagne, Hollande, Espagne, Amérique latine.






Un des très beaux dessins de Raul SCHNEIDER
publié dans la revue Empreinte N°16




~ Jean d'ANONYME et L'HYSTERO-COLLECTIF ~




-2008 : Création de l'hystero-Collectif (groupe de contestation) à Namur (Belgique) par Luc Marchal (poète), Eric Josse (photographe), Luc Broché (sculpteur) afin d'utiliser l'oeuvre d'art pour susciter une interrogation. Action 2008 et 2009 : un Jésus téléphage grandeur nature et un punk en papier mâché sont placés dans la ville.


-2010 : Elargissement du groupe rejoint par les artistes des ateliers Mommen (sont l'équivalent à Bruxelles du Bateau-lavoir à Paris) et création d'un personnage en plâtre avec costume-cravate et attaché-case : 'Jean d'Anonyme le démissionnaire' qui, censé partir travailler, s'arrête soudainement en plein lieu public, en posant un index sur son front.


► Revue : les motivations et les significations du geste.
A suivre photographie après photographie, les péripéties de J. d'Anonyme posté par ses créateurs du jeudi 21 avril au samedi 23 avril 2010 devant le parlement wallon, alors que le 1er ministre rendait sa démission pour la cinquième fois.


~ Henri WASTINE ~


et le musée de la forêt 


Situé dans les Ardennes (à proximité de Renwez), ce musée a été créé en 1988 par Henri Wastine, sur un terrain communal, pour rendre hommage à la forêt et aux différents corps de métiers aujourd'hui disparus : arracheurs d'écorces, faiseurs de cendres, etc. . .


Claude Brabant, en l'accompagnant d'une série de belles photographies en noir et blanc (cf couverture de la revue), nous offre un texte explicatif sur la méthode de conception et de réalisation de ces étonnants bonhommes de bois fort attachants, ainsi que sur leurs caractéristiques morphologiques, leurs raisons d'être, leurs modes d'intégration au monde végétal boisé via leurs activités non seulement professionnelles mais aussi domestiques ou leurs loisirs.


~ Joël GAYRAUD ~


'Cartes de marabouts, une collection d'art populaire'



« Marabout, bout de ficelle, selle de cheval, cheval de trait, trait d'esprit, esprit de sel, sel de mer, mer de glace, glace sans tain, tintamarre, marabout . . . ». Cette tirade enfantine en images mises bout à bout et tirées à chaque bout pour avancer, tourne sans fin - comme un sort - sur le marabout.
A l'appui de ce « serpent de mots qui se mord joyeusement la queue », Joël Gayraud, ayant collecté depuis 1977, majoritairement à Paris et dans la petite couronne, plus de deux mille cartes de marabouts, nous présente, avec beaucoup de traits d'esprit, et un constat parfois proprement hilarant, sa collection, tout en soulignant sa traque et quête de la poésie involontaire et populaire que recèlent ces cartes de visite.


• En selle, ''Se valent'' : Les ''Monsieur Untel'', Maître(s) et autre(s) Professeur(s) partent dans une course effrénée à la concurrence.
« Je me suis vite aperçu que leurs rédacteurs se copiaient les uns les autres (. . . ); certains étourdis oublient même de changer partout le nom de leur concurrent (. . . ); l'un vante à un moment les qualités de l'autre (. . . ) »

• Avec toutes leurs ficelles, et dont la beauté des formules est fort séduisante quand elles :
-posent un « Spécialiste diplômé de toutes les réflexions »
-imposent « une image qui se veut tranchante, mais reste peu explicite '' c'est le fer qui coupe le fer'' »
-composent des interventions protectrices du marabout qui « crée les génies en musique, cinéma, théâtre (. . . ) »

• Tintamarre . . . poétique involontaire grâce à « l'approximation de la langue, tant au niveau de l'orthographe qu'au niveau de la syntaxe ».
Ainsi, quand l'un – Professeur - prédit « L'vnir » permettant de retrouver « L'mour perdu . . . dans le centre le plus important de la médium africaine », un autre « fait gagner aux ''jeux d'hazards'' » ou « aide à combattre '' la perte des cheveaux'' ».

• Glace sans tain : « beaucoup se découvrent d'illustres ancêtres ». Celui-ci qui « travaille'' pou les commerçants'' avec '' une bague d'amour '' bénéficie du '' don de sa grand-mère'' tandis que celui-là se targue d'avoir des titres et des distinctions honorifiques : '' la notoriété mondiale lui fait confiance (. . . ) ».
A leur insu, les marabouts utilisent généreusement les figures de style. Oxymore savoureux pour ce médium se présentant « discret de renommée mondiale ». Hyperbole leste pour ce génie protecteur doublé d'aptitudes à la psychanalyse qui a « des dons de voyance depuis des siècles ». Euphémisme habile pour ce « grand magicien ayant étudié aux Indes qui '' propose des examens du sexe pour avoir de la force en amour '' et qui, comme tout magicien, devient quelque temps plus tard, dans un tour de passe-passe fécond, « l'honorable Professeur qui '' peut aider à avoir des enfants '' ».

• Esprit de sel, sel de mer :
« La compréhension de la carte relève parfois du décryptage (. . . ) ''travaille avec CORRIE, coquillage'' il faut un petit temps de réflexion pour comprendre que sont utilisés des coquillages appelés cauris ».

• Mer de glace : homme – femme – rival(e) en ont marre au bout du compte, et recourent alors aux pratiques magiques ou divinatoires.


« C'est sur la question de l'amour et du désir que se fonde l'essentiel de l'activité des marabouts » dont l'un assure '' je ramènerai votre chéri(e). Je le ferai rêver de vous la nuit et vous serez constamment présent dans ses pensées et éloignement de votre rival(e)'', et dont l'autre certifie '' il courra derrière vous comme le chien derrière son maître'' ».


Début 2000, la magnifique et énigmatique profession d'AMOUREULOGUE affichée sur une première puis énième carte est, de fait, inaugurée !





l'Amoureulogue : – création I. Dalbe par Intégration 
de la carte de visite 'Amoureulogue' 
de la Collection de Joël Gayraud

Voir la carte originelle blanc / noir - Revue Empreintes N°16
D'autres cartes de marabouts de cette collection d'art populaire

 sont présentées


• Cheval de trait : une carte en travail, qui tourne et retourne, dans leur terre d'implantation, les données et préoccupations tous azimut d'une époque.

- « La lecture des cartes de marabouts permet de suivre la montée des périls en matière sanitaire ». Dès 1987 fleurissent les promesses de guérisons contre les « maladies très graves », voire « maladies inconnues », toutefois sans que soient jamais cités le sida ou le cancer. Apparaissent les formules de protection contre « les dangers et catastrophes (. . . ) », traduisant le traumatisme laissé par Tchernobyl.

- « Au milieu des années 1980, avec la percée de l'islamisme apparaissent des références aux travaux exécutés sur '' pentacles et extraits du Coran '' (. . . ) »
« Dans ces années-là des marabouts proposent l'abandon de l'alcool et du tabac (. . . ).
Vers la fin du millénaire on voit apparaître l'indication du traitement de l'obésité (. . . ) »

-Année 2000 : « références à la magie blanche, noire ou sexuelle (. . . ) ''au désenvoûtement, au satanisme, à la destruction des maléfices, à l'exorcisme des maisons hantées'' »


• D'un Marabout à un marabout : attirer à soi la clientèle.

- « L'éloquence d'un tribun » : clientèle ciblée, énumération, accumulation, martèlement de la formule avec montée en puissance, puis contraction en un slogan final « Artistes, si vous avez des difficultés (. . . ) venez me voir. Handicapés, si vous avez des difficultés (. . . ) tapez à ma porte. Une équipe qui a des difficultés (. . . ) peut venir me voir. Un joueur de foot ou de basket (. . . ) peut aussi venir me voir. (. . . ) etc . . . Donc, en un mot, tous peuvent venir me voir, s'ils veulent être brillants »

-Le savoir-faire du vrai communicant ciblant les registres dits sensibles :
« (. . . ) 30% de réduction ».
Communicant parfois emporté par un excès d'optimisme : « Réussite à 100 000% en 48H » ou par le souci louable du respect de la fraternité « pas de distinction de race, ni de religion, ni de condition sociale » dit ce marabout « de réputation mondiale, pratiquant des séances de psychothérapie (de groupe) et de consultations d'oracles ».

Ni client, ni journaliste, ni sociologue, ni adonné au « pittoresque de la misère » Joël Gayraud est un poète cherchant sur et dans ces cartes-papier, à tout bout de fil, celles des formules prouvant le marabout poète. Il nous informe qu'à Brive exerce celui qui, en vrai poète, dit « Le secret de mes âmes éclaircit les mystères ».




◘ ECRITURE ◘



Chantal ROBILLARD-PLUVINEL : Trois nouvelles inédites
''Les petits cochons'', ''Une leçon d'amour'', ''La robe de chambre rouge'' : trois textes parfaitement à l'aise avec les « parfums de l'amour et la rumeur des corps ».


~Ernest-Marie D'HERVILLY (1839-1911) : Histoires divertissantes
Avec une caricature d'E-M d'Hervilly parue dans la revue ''Les hommes d'aujourd'hui ''

Journaliste, romancier, poète et auteur de pièces de théâtre (jouées à la Comédie française et au théâtre de l'Odéon de 1873 à 1897). Celui qui se voyait comme « Le barbu d'Hervilly et non Barbey d'Aurevilly », cet auteur oublié, nous donne à trouver divertissantes, en raison de son écriture pleine de fraîcheur, les trois histoires proposées :
''Pour parler d'autre chose . . . '' où à propos de son ami qui est bourdon, on entonne gaiement avec lui « ils sont jolis les amis dont vous êtes susceptibles d'aller avec ! »;
'' Un rêve de jeune fille'' où la grâce le dispute à l'ironie grinçante;
et '' Les Christs dans la neige'' récit d'un superbe jeu, culminant avec une épreuve . . . qui est le chic du jeu.



~ Marc DE MONTIFAUD (Marie-Emilie CHARTROULE dite) (1845-1912) '' Le calice de Madame de Trigonec''

Passionnée par l'art : elle écrit des articles pour la revue ''L'Artiste', soutient Gustave Doré, Corot, Manet et les impressionnistes, et par les Lettres. Ses nouvelles et romans : provocateurs, galants, anticléricaux -certains censurés- lui occasionnent des poursuites voire, lors de la publication ''Les Vestales de l'église'', une condamnation à une peine d'emprisonnement de trois mois, dans le pavillon des criminelles et prostituées alors que les écrivains bénéficiaient généralement d'un pavillon spécial. En 1878, exilée en Belgique, mais constamment menacée d'expulsion, c'est là qu'elle fait pourtant éditer le premier tome de ses Nouvelles drôlatiques dont est extrait ''Le calice de Madame de Trigonec'' « il s'agissait d'assurer un échec au parti républicain » qui tourna à la farce scabreuse et rocambolesque « des vases sacrés ». Ce livre lui vaut, en 1880, une condamnation par défaut ( six mois de prison; 500francs d'amende) prononcée à Paris où elle revint en 1881, dès la proclamation de la liberté de la presse. Mais il lui faudra attendre 1885 pour que s'apaisent les haines contre sa personne. Alors elle pourra publier sans être inquiétée, et entrer au journal La Fronde, un des premiers quotidiens féministes, avant d'être rattrapée par des ennuis de santé et financiers..


~ René HADDAD '' Souvenirs d'enfance'' :

De très courts récits où l'auteur dit en phrases concises et en toute simplicité des choses importantes amenées et emmenées par les joies et les peurs, les interrogations et les affirmations. Une clarté confondante rencontre les surprises de chaque chute des événements, gardées closes jusqu'au bout où elles n'en deviennent alors que plus frappantes et mordantes, pour le lecteur.

I. Dalbe


2 commentaires:

  1. Vous nous tentez avec cette belle revue EMPREINTE n° 16 ...
    Toujours une visite par plaisir chez vous.
    Versus.

    RépondreSupprimer
  2. Une belle revue en effet, et de grande qualité, qui permet de découvrir des auteurs et artistes passionnants. Merci pour votre nouvelle visite . . .
    Isabelle Dalbe

    RépondreSupprimer