© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

mardi 10 mai 2011

Laurent ALBARRACIN poème " Notre mort " et peinture de Jean TERROSSIAN



Jean TERROSSIAN, peintre surréaliste
" Post-scriptum ", 1985

Le poème de Laurent Albarracin interprète les éléments de cette toile énigmatique de Jean Terrossian, selon les règles fixées à plusieurs amis du peintre, par Jean-Christophe Belotti, rédacteur en chef de la revue L'OR AUX 13 ILES : « choisir, chacun, librement une toile de J. Terrossian, et faire voir dans un texte les relations vues, aperçues, découvertes entre tous les éléments de l'image. Un '' interdit '' : le texte-hommage au lyrisme gratuit, applicable à n'importe quelle peinture. Un impératif : ne jamais quitter des yeux la rive des éléments représentés. »

NOTRE MORT

Notre mort soulèvera des montagnes.

Le rôle de la poussière est de déceler, de desceller
ce qui pèse.

La pierre est graduée parce que sa dégradation
en poussière l'allège.

La soupière est d'abord lourde, massive, chaotique,
primitive, occultée par son volume informe.
C'est son envol en poussière qui la fera retourner
soupière, véritable infra-pierre, tombe originelle.

Une soupière est une moins-que-pierre.

La poussière est du pousse-hier.

Vanité des vanités. Il est vain de croire que la vanité
de tout est inutile. C'est justement elle qui soulève
l'impossible, qui montre le si peu tangible.

La mort est un miroir sans tain et sans image.

La transparence incline à la glissade.

Ce qui est léger n'a pas de prise. Ce qui n'a pas
                                                      [de prise
renvoie, restitue.

Tout le poids se réduit à deux gouttes,
                                        [deux gouttes
séparées de l'abîme de leur différence, l'une rouge
et l'autre bleue, comme le chaud et le froid soufflés
sur l'inerte aussitôt propulsé dans le ciel.

Le couvercle de verre du cercueil repose sur rien
et sur tout.

Il plane comme le vide sur le vide.

C'est un tombeau à terre ouverte.

La belle en dormant au bois s'est fait la belle.
Cendrillon éparpillée.

Qu'est-ce qui est le plus étonnant ? Que deux
                                                  [ gouttes
soulèvent un énorme rocher, ou qu'un rocher
                                                 [ s'évapore
en deux gouttes ?

La buée est la poussière recueillie des vivants. La
poussière est la respiration des morts.

Tout effort pour venir à bout de ce qui obstrue ne
                                                              [vaut
que pour sa nullité admise. C'est l'inanité du geste
                                                              [ qui
aura raison de l'inanimé. Pour déplacer l'inamovible,
renoncez !

Laurent Albarracin, Revue L'or aux 13 îles,
N°1

L I E N → ici




 
A propos de Laurent ALBARRACIN



►EDITEUR ◄

-Sa Collection de poésie aux Editions ' Le Cadran ligné '
Son site → ici    et ici ( auteurs publiés au Cadran ligné )



► CRITIQUE POETIQUE
 ◄
-Sa chronique de poésie sur le site internet de Pierre Campion → ici 



► POETE

-Sur ce site, quelques-uns de ses livres et poèmes → ici 


-Ses contributions régulières à de nombreuses revues de poésie dont Les Cahiers de L'Umbo, L'Impromptu, L'Or aux 13 îles

-Ses publications :

• Les jardins nucléaires, L’Air de l’eau, Brive, 1998.
• Le feu brûle, Atelier de l’Agneau, Saint-Quentin de Caplong, 2004.
• Résolutions, Myrddin, Brive, 2004.
• Vingt-sept sonnets, Ikko, Paris, 2005.
• Le secret secret, dessins de Georges-Henri Morin, Les Éditions de surcroît, Saint-Clément, 2006.
• De l’image, L’Attente, Bordeaux, 2007.
• Pierre Peuchmaurd, témoin élégant, L'Oie de Cravan, Montréal, 2007.
• Cartes sur l’eau, Simili Sky, Saint-Ouen, 2008.
• Le Jardin ouvrier (anthologie), Flammarion, Paris, 2008.
• Le Verre de l'eau et autres poèmes, le corridor bleu, Amiens, 2008.
• Louis-François Delisse, Collection Présence de la Poésie, Editions des Vanneaux 2009
• Explication de la lumière, Dernier Télégramme, Limoges, 2010
• Pierre Peuchmaurd, Collection Présence de la poésie -Éditions des Vanneaux Avril 2011

Pour accès à l'article complet sur cette dernière parution  → ici

Commande de ce livre : Prix 18 euros (port compris) :

__Chez l'éditeur :
Éditions des Vanneaux
64 rue de la Vallée de Crème
60480 Montreuil-sur-Brèche
SITE EDITEUR → ici

__En librairie









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire