© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

mardi 26 juillet 2011

'PIERRE PEUCHMAURD' par Laurent Albarracin – Collection Présence de la Poésie- Editions des VANNEAUX - Regards sur cette belle et indispensable anthologie




Hannah Höch – Collage –
 Musée national germanique, Nuremberg



Christiane Ribeyre ◄


«  L'anthologie de ' Pierre Peuchmaurd ' n'a pas fini de m'accompagner . . .


Les livres à la campagne

couvrent des murs de pierre, s'encoignent aux cheminées, rôdent sur tranches, de leurs cils caressent l'herbe, de leur poussière la grisent.
Quelque chose les attend .........

P. Peuchmaurd, Page 136  »


le 09/07/2011 – Extrait,
Christiane Ribeyre, LE TROPIQUE 24, rue Pierre Bérard – Saint-Etienne



°

Christian Viguié ◄


«  Les Editions des Vanneaux par le biais de Laurent Albarracin nous offrent là un magnifique ouvrage pour qui veut découvrir l'univers poétique de Pierre Peuchmaurd. La présentation, le choix des textes, les entretiens et les témoignages, soulignent à juste titre l'importance de ce poète prématurément disparu en avril 2009. Les poèmes sont donnés dans l'ordre chronologique de leur parution en livres ou plaquettes. Cela permet de suivre une trajectoire ou des traces d'incendie – lui qui n'a jamais compté l'or et le temps – où sera privilégiée la foudre plutôt que le lendemain de foudre.

( . . . )

Il existe une dialectique du vif chez ce poète, bouillonnante, urgente, une déflagration qui nourrit et détruit, une juste mesure pour le monde qui nous est accordé. Cela ne va pas sans un véritable effroi qui s'affirme comme la première bête sauvage au cœur d'un bestiaire particulièrement riche que l'on découvre tout au long de son œuvre. Mais l'effroi comme la Beauté est une charge du réel et Pierre Peuchmaurd l'oppose à cette terrible négation que représente le vide :

On est finis tout de suite. Dès le premier sourire du rien.

Si l'on devait parodier Picasso, Pierre Peuchmaurd ne cherche pas, il trouve. Chez lui, la poésie se révèle plus qu'elle ne se construit. Le travail alors consiste à ne point falsifier les preuves émouvantes, à les polir. La brutalité a son mot à dire. La forme du surgissement du poème ne se dissoudra pas dans un quelconque esthétisme. Au contraire, les conditions de la captation du poème garantissent son authenticité. Tout est là et nous ne devons rien trahir. Le poème porte en lui sa propre moralité, son ordre et son désordre, sa lisière lumineuse. L'image peuchmardienne admet la fusion et la profusion pour arriver à la netteté :

             Une feuille rouge bouge
             et l'effroi se déplie
             et tu respires à peine
             et tu es déjà belle
             et Dieu se lisse les plumes

Pierre Peuchmaurd, témoin élégant, tel nous le présente Laurent Albarracin. Pour qui le connaissait et pour ceux qui vont découvrir son œuvre, Pierre Peuchmaurd demeurera ce témoin élégant et magique, un être passionné, fidèle à la beauté qu'il savait convulsive. »

le18/06/11 – Extrait,
Christian Viguié, poète → ici



°



Autres regards → ici


°


'Pierre Peuchmaurd' par Laurent Albarracin –
Collection Présence de la poésie – Editions des Vanneaux –
Photo 1ère de couverture : Antoine Peuchmaurd

18 euros

COMMANDE :

CHEZ L'EDITEUR :
Éditions des Vanneaux 64 rue de la Vallée de Crème 60480 Montreuil-sur-Brèche
SITE → ici


EN LIBRAIRIE

°



Quelque part. Photo Pierre Peuchmaurd
 Anthologie Pierre Peuchmaurd, Editions des Vanneaux
cahier photos p. 58


«  Les animaux de l'homme . . .

Quiconque a lu un recueil de poèmes de Pierre Peuchmaurd aura été frappé par l'abondance de son bestiaire. Une fois encore, les animaux sont des représentants de cet alliage du commun et de l'extraordinaire qui est le matériau des poèmes. Ils sont toujours des apparitions de l'apparition, de la survenue, de la soudaineté de l'outre-monde. (. . .). Il n'est pas vrai que les mots des animaux n'ont pas d'ailes ni de pattes. En poésie les mots sont vivants et d'autant plus vivants que la chose signifiée l'est, vivante. Rien de plus réel, de plus mobile et de plus chaud, de plus libre et de plus élémentaire, rien de plus indubitable qu'un animal, et la poésie de Pierre Peuchmaurd prend un malin plaisir à s'abreuver à cette réserve de vie et de merveille que sont les noms qui désignent les animaux. Ils sont proprement des êtres du surréel, à la fois féeriques et particulièrement concrets. (. . . ) »

L. Albarracin, - Anthologie Pierre Peuchmaurd, Editions des Vanneaux, avril 2011
EXTRAITS p. 19 'Pierre Peuchmaurd, témoin élégant'


°


PROCHAIN ARTICLE toujours consacré à Pierre PEUCHMAURD

Présentation du florilège de poèmes riches de ce bestiaire, accompagné de dessins de Guylaine Bourbon, gravures de Jean-Pierre Paraggio, photographies de Nicole Espagnol, qui est paru dans la superbe revue ' L'OR AUX 13 ILES – N°2 – juin 2011 ' → ici



Sur ce blog : Hommage permanent à Pierre Peuchmaurd (photos et bibliographie) → ici




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire