© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

lundi 16 janvier 2012

REVUE MIRABILIA, N°1 – Enquête 'Le Merveilleux' et Sommaire - Association La Goutte d'Eau



Couverture d'après une illustration 
de l'Herbier Carraresi, 
XVe siècle
© The British Library Board (Egerton 2020)


Revue MIRABILIA N°1, Automne 2011 ' Le Merveilleux ' 
– 151 pages – nombreuses illustrations
• Abonnement – un an, deux numéros :
→ France : 38 euros 
→ Europe : 40 euros 
• Abonnement de soutien : 60 euros
• Numéro à l'unité : 19 euros + 4 euros frais de port 
Association La Goutte d'eau - 393, rue des Pyrénées 75020 PARIS

Siteici   


Naissance d'une belle revue de qualité dirigée par Anne Guglielmetti (écrivain ; traductrice de nombreux livres d'art) et Vincent Gille (écrivain ; commissaire d'expositions) avec ce premier numéro où auteurs et illustrateurs se lancent sur les traces multiples du merveilleux et de la merveille : «  mots qui ouvrent des passages [. . .] quel que soit le chemin choisi : anthropologie, art, botanique, cinéma, histoire, histoire de l'art, littérature, minéralogie, philosophie, psychanalyse, théâtre . . . ».

Les numéros à venir, à l'appui de cette tentative de l'esquisse du ' portrait du merveilleux ', auront chacun leur thématique : la source, la frayeur, le miroir, les oiseaux, le temps . . .

Aussi ne pouvait pas être absente, dès le lancement de la revue, une enquête sur le thème du merveilleux qui tente, sinon de le cerner, tout au moins, de l'approcher au plus près. Les participants s'y essaient en répondant, chacun, aux quatre mêmes questions. Parmi eux, écoutons deux poètes, Laurent Albarracin et Joël Gayraud, ouvrir de passionnants passages, dispensateurs non seulement du merveilleux mais aussi de l'émerveillement :

~ Laurent ALBARRACIN ~
Poète ; Critique poétique ; 
Éditeur 'Le Cadran ligné' 



1/ Sous quelle(s) forme(s) selon vous, le merveilleux se révèle-t-il aujourd'hui ?

« Le merveilleux ne me paraît pas se révéler autrement aujourd'hui qu'hier. Les formes qui sont les siennes le sont depuis toujours, et depuis toujours elles occupent spécialement la nature. Les plus simples ruisseaux, les arbres dans leur majesté gracile, les nuages dans leur sage et folle profusion, par exemple, ou les animaux, tous les animaux dès qu'ils surgissent ou quand silencieusement ils nous frôlent, me semblent être des lieux et des êtres encore et toujours porteurs de merveilleux. Sans doute la connaissance magique de la nature s'est peut-être quelque peu rétractée dans l'homme, ces derniers temps. Sans doute l'intimité des matières et des éléments s'éprouve-t-elle moins continûment depuis que l'homme s'est retranché dans les villes. Pour autant je crois que la rêverie - la rêverie bachelardienne – est suffisamment ancrée en nous pour savoir reconnaître dans le merveilleux sa source vive, son aspiration essentielle. Certes, les fées et les dieux ont depuis longtemps quitté la nature, mais ce délaissement y a laissé comme un manque vibratoire, la marque très concrète d'un désir de surnaturel avec lequel on est quelquefois brusquement mis en présence, quand bien même ce sont l'opacité et le mutisme des paysages qui distillent l'or de cette présence. Certes les animaux n'ont plus de proprement fabuleux que leur fragile apparition, telles des chimères ailées de leur furtivité, tels des lions rongés de silence jusqu'à n'être plus qu'un grillon de soleil, mais ce retrait même de la nature en elle-même, en son secret le plus et le moins éclatant est peut-être son mode d'apparition le plus authentique. Le merveilleux ne claironne pas et il éclaire d'autant mieux qu'il luit faiblement. »

2/ S'il en est un, dans quel domaine le merveilleux vous paraît-il le plus à même de se manifester ?

«  La poésie me semble certains jours être l'un des domaines où le merveilleux naturel a quelque chance de se manifester. »


3/ Vous est-il arrivé d'éprouver une sensation que vous qualifieriez, au sens propre du terme, d' ''émerveillement '' - surprise, stupeur, émoi . . . Pouvez-vous en préciser les circonstances ?

4/ Si vous deviez émerveiller l'être aimé, un(e) ami(e), un enfant, que feriez-vous ?

Réponses de L. Albarracin dans la revue


*

~ Joël GAYRAUD ~
Poète ; Traducteur de grands auteurs
dont Giacomo Leopardi, Cesare Pavese ;
Critique d'art


1/ Sous quelle(s) forme(s) selon vous, le merveilleux se révèle-t-il aujourd'hui ?

2/ S'il en est un, dans quel domaine le merveilleux vous paraît-il le plus à même de se manifester ?

Réponses de Joël Gayraud dans la revue


3/ Vous est-il arrivé d'éprouver une sensation que vous qualifieriez, au sens propre du terme, d' ''émerveillement '' - surprise, stupeur, émoi . . . Pouvez-vous en préciser les circonstances ?

« J'ai eu assez souvent la chance d'éprouver une sensation d'émerveillement, au sens propre. A la faveur de certains moments privilégiés où, par exemple, les lieux se chargent de magie : je me souviens, comme si c'était hier, d'une arrivée en bateau dans le port de Symi, dans le Dodécanèse, voilà un quart de siècle ; ou plus récemment, de la ville troglodyte de Matera envahie le soir par les sauterelles ; ou du plongeon d'une baleine bleue dans l'estuaire du Saint-Laurent . . . Certaines oeuvres d'art m'ont parfois ému au-delà du dicible, comme le baiser des rennes dans la caverne de Font-de-Gaume. »

4/ Si vous deviez émerveiller l'être aimé, un(e) ami(e), un enfant, que feriez-vous ?

«  Je ne pense pas pouvoir émerveiller qui que ce soit intentionnellement. Ici la volonté, l'intention introduiraient un élément trop étranger à l'imagination pour ne pas en altérer significativement les effets. Il m'est arrivé d'émerveiller autrui, mais toujours spontanément, sans m'en rendre compte, dans l' « obscurité du moment vécu » dont parle Ernst Bloch à propos des moments où la vie se charge de cette poussée utopique qui est, à mon sens, indissociable du surgissement du merveilleux. » 


*


A retrouver dans la revue, également en ce plein exercice : Etienne Charrié, Victoria Cirlot, Bruno Montpied, Anne Bresson-Lucas, Giovanna Marini, Dominique Lobstein, Belinda Thomson, Silvia Radelli, François Gilloire, Joseph Royer, Vincent Gille, Michael Kenna, Souad Ouanezar, Hélène Milano.




AUTRES ARTICLES
au SOMMAIRE ◄


Mirabilia, Anne GUGLIELMETTI (écrivain ; traductrice de nombreux livres d'art et catalogues d'exposition) : expérience personnelle et interrogations à propos du Merveilleux

Le Merveilleux Voyage de SAINT BRANDAN (de CLONFERT, moine irlandais 484-574 ou 578) à la recherche du Paradis : « voyage sous le signe de la foi chrétienne la plus ingénue [. . .] ».

Médée, Pietro CITATI (écrivain et critique littéraire) : « navigation infiniment tragique et sombre de la Médée de cet auteur [. . .]  »

Les Paysages de Miel, Semih KAPLANOGLU (critique d'art et de cinéma ; cinéaste) : prises de vues de 'La vallée de Çad' pour le tournage du film 'Miel' (Ours d'or, Festival de Berlin, 2010). 
Photos dans la revue et texte du cinéaste sur « un mot vu en rêve et concentrant le merveilleux. »

Présentation de Pan, Jean GIONO (1895-1970 ; dans son oeuvre : deux grands courants, l'un poétique et lyrique [trilogie de Pan] ; l'autre, davantage tourné vers l'homme et l'histoire ).
Texte repliant, en concentration, le merveilleux sur un « nom recueilli sur les lèvres d'un mort. »

Photographies de Michael KENNA (photographe et voyageur, dans la tradition des grands paysagistes anglais parcourant le monde)
Un superbe portfolio de photos en noir et blanc prises avec un appareil argentique : «  le merveilleux devient le chiffre de la beauté du monde lorsque M. Kenna rencontre un arbre ou un paysage. »

Entretien – octobre 2011 - avec Annie LE BRUN (participation active aux dernières années du mouvement surréaliste ; écrivain ; poète ; activité critique et philosophique) : « A. Le Brun souligne combien le merveilleux, quintessence de l'imprévisible, déjoue tout calcul, toute exploitation, tout '' formatage ''. »

Fragments des Cahiers d'Etude de Freiberg de NOVALIS, sur la mathématique, la physique et la chimie, traduits et présentés par Olivier SCHEFER (maître de conférence d'Esthétique et de Philosophie de l'art à l'Université Paris I) lequel nous explique que « leur aridité * est souvent le terreau des plus lumineuses intuitions du poète. » ; «  merveilleux reflétant une réalité dans laquelle '' tout est magie ou rien '' ( Novalis ) ».
* de la mathématique, physique, chimie

Le Radeau des cimes, Sur la canopée de la forêt primaire, Francis HALLÉ (ancien professeur de botanique à l'Université de Montpellier, il est spécialiste de l'écologie des forêts tropicales humides et de l'architecture des arbres) : « Le merveilleux parade dans la luxuriante inventivité de la nature que la science donne à voir en compagnie de F. Hallé, étudiant la forêt tropicale. »

La Fillette et le grenier - une figure tutélaire dans l'oeuvre de Léon Spilliaert, Anne GUGLIELMETTI : texte extrait de « Léon Spilliaert, peintre » en regard de plusieurs aquarelles de l'artiste, présentées ici, dans la revue Mirabilia.
Ainsi, parmi d'autres :
'' Toute seule, 1969 –Aquarelle et pastel, 65 X 50 cm ''
« [. . .] Une fillette attend et rêve dans un grenier. [. . .] sur la porte fermée du grenier d'indéchiffrables graffitis ? [. . .] des formes noires ; l'une évoque une figure s'inclinant, l'autre le mouvement serpentin d'une danse ou d'un labyrinthe, la troisième un signe cabalistique. [. . .] »

Vendredis soirs, Vincent GILLE (écrivain ; commissaire d'expositions ; collaboration aux Expositions Surrealism : Desire Unbound - Tate Modern, 2001 – et Henri Rousseau : Jungles à Paris - Tate Modern, 2005, Galeries Nationales du Grand Palais, 2006 - )
Une nouvelle où « la très jeune héroïne invente un rêve parce que l'on ne peut '' raisonnablement'' pas accepter que les choses aillent d'une allure navrante. »

Les deux derniers textes témoignent plus particulièrement « de la toute puissance de l'imaginaire en matière de merveilleux. ».

Et chacun de l'ensemble des textes (enquête comprise) mettant en lumière une facette du sujet 'le merveilleux', surgissent de cette juxtaposition « d'étonnantes correspondances ».


SITE REVUE MIRABILIA → ici





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire