© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

samedi 4 février 2012

Johnny LEBIGOT ' LA VOIE SÈCHE ', Editions SIMILI SKY – Publication à l'occasion de l'exposition 'La Voie sèche ' J. Lebigot, Galerie L'USINE, PARIS - 27/01-03/02/2012



Johnny LEBIGOT ' LA VOIE SÈCHE ' 
Éditions  SIMILI SKY

Vingt superbes installations de Johnny Lebigot
avec les belles Photos couleur des oeuvres
crédits photo 
Marie MARFAING - dont photo couverture -
et Johnny LEBIGOT

et les excellents textes
de François LEPERLIER, Joël GAYRAUD
Noël CASALE



7,50 euros (Port compris)
→ Commande et toute correspondance :
Simili Sky 9, rue Garibaldi 93400 SAINT-OUEN
similisky@orange.fr




Johnny Lebigot, Installation La Voie Sèche 
Crédit photo, Marie Marfaing


Trois auteurs s'approchent et tournent autour des inventives installations graciles et d'une intensité vive de Johnny Lebigot, dont la fabuleuse « table », point d'orgue de ce champ artistique de rocaille aérienne qui, toutes, font surgir de manière croisée : le déconcertement ébloui, un recueillement étanche, le silence ébaudi sur son gréement, l'air à son zénith. Qu'est-ce ? Que sont ces réseaux de respiration sur ces terres pleines de grâce ?

Jusqu'à s'en griller leurs yeux papillonnant de détails en détails autres, jusqu'à s'en assécher la bouche lapant le sens sur les portées de mots et leur portée, trois ultra-regardeurs : François Leperlier, Joël Gayraud, Noël Casale s'aventurent à déchiffrer un lieu, dit « La Voie sèche », empalée sur le fil à plomb d'un horizon métamorphosé. 



~  François LEPERLIER  ~

RITUEL DE LA VOIE SÈCHE




Johnny LebigotInstallation végétale
Crédit photo, Marie Marfaing

« Une écorce fait un paysage ou un masque, une bouche, un rire figé ; [. . .] une feuille renferme une tache de sang [. . .] ; [. . .] une poignée de paille jette le feu [. . .] ; de longs pétales retombent comme un linge, un voile de mariée, un suaire ; [. . .] quelques brindilles font une forêt, une araignée [. . .] ; des graminées ou des squelettes de serpents [. . .] ; quelques herbes, une dentelle, une pluie, une chevelure – et même celle d'Ophélie, de Médée, de Méduse ; [. . .] une inflorescence s’ouvre comme une anémone de mer, se rétracte comme une griffe.

Dès qu’un regard l’isole, l’objet naturel, a fortiori l’objet végétal asséché, impose une irrésistible autonomie d’expression [. . .]. Ce sont des figures, ce sont aussi des couleurs, des lignes, des volumes, des reliefs, des surfaces, qui émanent d’un répertoire inépuisable et ouvrent à de nouvelles combinaisons plastiques, chromatiques et sémiotiques. [. . .]

La « Voie sèche » [. . .], pour employer le vocabulaire des alchimistes, retient le feu de la sève et du fruit, précipite un développement que la « Voie humide » s’efforce de maîtriser, laborieusement, interminablement, suivant l'impulsion de la nature. [. . .]



Johnny Lebigot, « La Table  »


Dispositif à la fois scénique et sculptural, monumental « objet à fonctionnement symbolique », la « table » occupe une position élective, axiale.
[. . .] A la fois monde clos, auto-suffisant, et monde ouvert, en expansion irrépressible. [. . .] étonnante finesse de l'exécution, qui tient tout autant du tissage que du collage, de l'orfèvrerie ou de la sculpture [. . .]. Tous les éléments sont réunis pour nourrir cet « Éloge de la main », comme le voulait Focillon. [. . .]

Cette « table » a la propriété d’un archétype. Chose et métaphore, elle multiplie les propositions.
C’est un plateau (de théâtre), un castelet, un théâtre « d'agriculture et mesnage des champs » [. . .]

[. . .] C’est un retable régulièrement approvisionné de fétiches, d’ex-voto, d’amulettes ; [. . .] un autel propice aux méditations muettes ou aux incantations sonores, à la déploration comme à l’exaltation, à la perte et à l’excédent, à la permanence et au cycle. D’où cette dimension cérémonielle, cette ritualisation quasi chamanique, particulièrement mises en évidence lors de certaines manifestations scénographiques. La « table » est alors traversée de lumière, comme un vaisseau fantôme, une apparition, un théâtre d’ombres, démultipliée par les reflets et les clairs-obscurs projetés sur les murs ; un danseur, un musicien, un récitant viennent prolonger ses épiphanies. [. . .]

François Leperlier, Extraits




~  Noël CASALE  ~

LES MORTS À TABLE




Johnny Lebigot, Installation végétale
Crédit photo, Johnny Lebigot 


«  [. . .]

Une table de bois haute, étroite et longue, surmontée d’un portique de six cadres (dont deux mobiles) où semblent reposer depuis une éternité [. . .] le végétal, l’animal, le minéral.

Les mille millions de bouts de fleurs, de plantes et de bois sont non seulement déposés ou suspendus mais beaucoup sont assemblés – colle, noeuds, liens… – à mille millions de bouts de bêtes – os de poissons, ailes d’insectes, becs d’oiseaux… – dont l’inventaire serait difficile à réaliser.[. . .] on pense à Jérôme Bosch, à ses déploiements de monstres tous plus grotesques les uns que les autres et, en même temps, comme le disait Delacroix au sujet de son Christ descendu au tombeau, « pas un détail ne s’élève pour se faire admirer ou distraire l’attention ». [. . .] »

Noël Casale, Extraits




~  Joël GAYRAUD  ~

À RÊVE OUVERT




Johnny Lebigot, installation végétale
Crédit photo Johnny Lebigot 



Feuilles
vertes écailles de l’arbre
frêles herbes folles
gazelles végétales
dansant dans le clair et l’obscur
Feuilles friselées dentelées lancéolées
feuilles sèches et bruissantes
gazettes des courants d’air
colportant la maladie de l’automne
quand la lumière se meurt
et cherche à durer
dans l’or des herbiers
[. . .]
Et c’est comme ça
qu’au long des sentiers
semés de cailloux parlants
toute une botanique éolienne
se mêle aux trésors
d’une enfance quotidienne
sur la table où l’on opère
à rêve ouvert

Joël Gayraud - Extraits


◘ ◘



   Johnny Lebigot :

 Exposition 'LA VOIE SÈCHE'
installations, objets, boîtes, photographies
du 27/01 au 03/02/2012
L'USINE 102 Bd de La Villette 75019 PARIS
   → ici 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire