© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

samedi 2 février 2013

IRÈNE L. ' SIX ALLÉGORIES SUR DES PHOTOS D'ALAIN PRILLARD', Éditions SIMILI SKY, 2012



L'œuvre d'Alain Prillard recouvre plusieurs domaines et techniques artistiques :

~ la gravure où il explore les combinaisons graphiques du papier et de l'encre en étant tout autant intéressé par « la possibilité du multiple » que par « le noir et le blanc » sans pour autant exclure la couleur de ses recherches, et d'où nous proviennent, entre autres, funambules, figures du cirque, et un foisonnant bestiaire personnel : dragons, lions, poules, poissons, oiseaux, minotaures, licornes, diables, petits monstres, etc.
~ le monotype (estampe) avec reprise de ces thèmes.
~ le collage.
~ la sculpture où des personnages parfois inattendus, équilibristes, haltérophiles, animaux de toute espèce, s'affranchissent, tout en légèreté aérienne, de leur médium découpé : le métal. Et parfois le bois.
~ les objets, réalisés avec des éléments hétéroclites (canalisations en fonte, clefs, écorces, etc), ceux-ci étant en quelque sorte, avant emploi, des « gisements » en constante évolution sur leur lieu de stockage où « ils se chargent » ainsi que leur créateur tient à le préciser.
~ l'écriture, intégrée dans le corps de ses réalisations diverses sur papier, écriteaux, napperons, canevas, vêtements, etc. ou sous forme d'affiches, lancée sur une ligne directrice d'idées interpellant ironiquement au moyen de jeux de mots, d'effets de grammaire, d'allusions philosophiques ou sur le fil de connaissances éclairées (héraldique alchimique), toujours animée par une volonté réflexive (regards lucides titillant en finesse les travers de la société contemporaine).
Il a illustré des livres d'artistes, créé des « unes » de journaux imaginaires (The Daily Pig, La Mémoire du crocodile ou Les Nouvelles du village), des revues, dont « Quercica Chronica » (deux numéros parus à ce jour), a publié dans la revue « Gazogène » où se mêlent créations singulières, art populaire et art brut.
~ la photographie, où il se met en scène lui-même dans des décors de sa composition.



■ ■





Alain Prillard, Le spleen de la Faucheuse


Irène L., connaisseuse avisée de ce très insolite et sensible univers, l'enveloppe d'un intelligent regard enthousiaste, nous livrant les caractéristiques toniques qui animent l'ensemble de l'œuvre :
« Les œuvres d'Alain Prillard, particulièrement ses monotypes, ses gravures, ses objets, m'ont toujours ravie par leur ironie, claire et franche, leur humour qui mine de rien fait mouche sur nos mythes et croyances. Un travail de sape jubilatoire, le marteau dirigé là où ça sonne creux ».

Cependant sans ambages mais avec force ramages aux vertus explicatives et déductives, l'auteur souligne plus particulièrement son attraction pour le superbe pan photographique prillardien qui impose sereinement ses « plans » d'une radieuse créativité imaginative portant haut, de manière ludique et dans un riche esprit provocateur, des vérités et enseignements profonds :
« Parmi tout ce que j'ai pu voir, il y a quelque chose qui m'a particulièrement retenue : une série de photos, de personnages mis en scène. Il ne s'agit pas d'autoportraits, mais de tableaux vivants, réalisés, on dirait à la va-vite, avec les moyens du bord. Et pourtant, à y regarder de près, c'est justement de ce côté un peu rude, de cette absence de recherche de l'image lisse, que vient la force de cette série de photos qui ne ressemble à rien d'autre. En effet, ce n'est pas l'image qui retient, c'est la mise en scène [...] ».




Alain Prillard, Narcisse 


Irène L. s'est attachée à visiter six photographies d'Alain Prillard voyant là, à pleine évidence, fonctionner les sujets traités en allégories glorieuses. Elle déroule avec une précision minutieuse, voire exigeante, ses impressions sur l'idée lisible dans chaque mise en scène, que complètent ses intuitions dévoilant les ressorts plus enfouis de ces scènes jouées, chaque fois, avec masque, ce dernier augurant, une fois ôté, une plongée dans le vertige.

Un horizon interne, rare et intense, habité avec une conviction éloquente par «  la Faucheuse, le soi avec soi, le roi du monde, la raison rayonnante, Narcisse, la mémoire vive », fait ployer, mais non rompre, notre pas tout à fait impliqué dans les propositions scéniques et, de plus, bigrement intrigué. L'au-dessus / en-dessous de notre marche se laisse porter par des mots justes, sans concession et sans équivoque, qui se mêlent de la rencontre :
« [...] Plus de lune, rien ne bouge, pas une plume à l'approche de la dernière heure ; [...] jouir de l'absence de désir ; [...] Le roi s'ennuie ? Non, il savoure son règne, dans le silence de l'histoire ; 
[...] Le cœur, lui-même, a ses raisons et rien n'échappe à la raison ; [...] Depuis tout petit déjà, Narcisse a de sales habitudes ; [...] surtout, trouver un autre point de départ [...] ».

Chacun à son propre art de l'évacuation, Irène L. et Alain Prillard bavardent brillamment de l'obscur qui écorche.

I. Dalbe







Textes de Irène L. sur papier vergé, avec une reproduction sur papier couché de sept photographies d'Alain Prillard

8,00 €  (Port compris)

COMMANDE ET TOUTE CORRESPONDANCE :

ÉDITIONS  SIMILI SKY 
9, rue Garibaldi
93400 SAINT-OUEN


■ ■


~ ALAIN PRILLARD ~


L'artiste : peintre, graveur, sculpteur, photographe, poète, éditeur, vit dans le Lot. Son atelier est situé à Saint-Cirq Lapopie, village d'élection d'André Breton et de ses amis surréalistes → ici


EXPOSITIONS PERSONNELLES, entre autres :

« Scénario » Encres, Objets et Monotypes, Centre Culturel Rieupeyroux, 2008/2009
« Affiches, estampes et poèmes-objets », Castelnau-Montratier, 2011
« Comment chasser le lion, méthodes et recettes », affiches, gravures, monotypes, Galerie Annette Huster, Paris, 2012
« Alain Prillard à l'Usine », Sculptures, gravures, monotypes, objets, Galerie L'Usine, Paris, décembre 2012 → annonce ici



EXPOSITIONS COLLECTIVES, entre autres :

« AFFICHES IMPOSSIBLES », Cahors, 2008
« Peintures », Concots – Lot, 2008
« Estampes contemporaines », Galerie 10, Washington, 2008
« L'argent – Présent, Passé », Galerie Tristan, Issy les Moulineaux, 2008
«  Sculptures – Portrait d’ancêtre », Château de Mercuès, 2009
« Gravures », Galerie AMART, Bruxelles, 2010
« À quoi servent les traces ? », Toulouse, 2011
« Sur les traces de Brassaï : Propositions contemporaines », Photographies, Le 6, Mandel, Paris, 2012


▒ « Art Paris 2013 », Grand Palais Paris (Galerie Tristan), 28 Mars au 1er Avril 2013
« Art Élysées », Pavillons Avenue Champs-Elysées Paris (Galerie Tristan), 24 au 28 octobre 2013





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire