© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

jeudi 18 mai 2017

Ana OROZCO & Jean-Raphaël PRIETO, LA BELLE AFFAIRE, Frontispice Jean-Pierre PARAGGIO, Collection de l'umbo






Ana Orozco & Jean-Raphaël Prieto, LA BELLE AFFAIRE
Frontispice Jean-Pierre Paraggio,
Série Passage du Sud-Ouest, Collection de l'umbo
5 euros (franco de port)



Commande et toute correspondance 

Jean-Pierre PARAGGIO
23 rue des Princes
31500 Toulouse


Courriel/Mail : jeanpierreparaggio // yahoo.fr

(A NOTER : afin de rendre l'e-mail actif,
le signe @ doit remplacer les signes / / )


SITE  COLLECTION  DE  L'UMBO → ici


₪ ₪





~ Isabelle Dalbe ~


Note de lecture


La Belle Affaire


''Je suis OUVRIR'', semble émettre la voix d'Ana Orozco :
« Sous nos pieds le sol grouille […] nous marchons / […] ensemble sous l'horizon / le carrefour de / nos chemins / déjà tracé […] ».

''Ouvertement, je suis à la trace cet OUVRIR'' semble commettre la voix de Jean-Raphaël Prieto emboîtant le pas :
«[…] chemins confondus / nous entrerons dans le vertige des années / avec le partage des ailes / et des yeux / Les choses nommées / inonderont le silence ».

Avec cette escorte resserrée sur une double démarche inquiète touchant terre, deux ''Je'' parlent ensemble d'une voie à bec-de-lèvre de l'amour :
«[…] j'avais mis mes yeux / dans tes mains / surpris tu / les as / laissés tomber / dans / la terre. ». 

«  Pour suivre la marche des yeux / sous les pas / les yeux mâchent le sol ébahi / la marche imprime sa grâce / dans notre peau […] les élans nous rendent justice / et le mouvement des astres / autorise notre fuite ».

L'amour, ce héros non confit sur leur route, avec sa virginité sur ses talons, sa noria de moelle, ses raisons de clarté à saisir avec des mains de tempête :
«[…] ils s'occuperont de / REMETTRE A SA PLACE / L'ENNEMI QUE NOUS NE CHÉRISSONS PAS / nos parages ont pris la couleur de l'alarme […] ».
 
Ses doigts déversés dans la terre sont cors de chasse dans l'or des visages d'eau claire :
«  les trente-six cœurs battants / du chevreuil de nos rêves / sont l'obstacle définitif […] ».

Son poignard est comme le regard enfourché à sabord, assistant le soleil du cœur estampillé :
« […] nos mains jointes sont / un couteau dans leur dos / […] ».

«   […] à l'absolu inversé / du miroir noir tu opposes / avec ce regard du dessous des souches / le vertige dans nos yeux / Tu dis : tout est simple / et nos bonds sous la lune / les rendent muets / dans le sillage de nos volontés […] ».

Ses anneaux d'ongles poudreux embrassent les lèvres en arceaux ramenant leurs bonds communicants :
« […] et nous sourions, nos dents plantées / dans nos lèvres / garantissent notre obéissance / à l'absolu […] ».

Scintillant poivre est son jeu souterrain «du bourdon» d'instinct, au-dessus de ces deux têtes sans autrui :
« […] La pluie sur les pierres aveugle mon bourdon […] ».

« Le vent moulera nos traits / et sous nos pieds / l'aveugle bourdon / révélera la fragilité du sol […] ».




Amour entretissé, il en sort amour projeté en jet enflant et ruisselant de portraits libres :
«  Tu es brillant / avec l'argent autour / tu portes la parure ancienne / ciselée avec le ciseau tremblant / de mon amour […] ».

«  […] sous tes ongles / tout est simple comme l'injustice / tout est aussi simple que le crime / et l'horreur qui lui échoit […] ».

Le signe ombellifère a faim du monde. La fleur de la réplique grise la peau du baiser réalisé. La bouche ouverte, singe aux osselets dans l'ode troubadour, réussit à brûler le squelette vocal des caqueteurs :
« […] J'accepte la turbulence des jours renversés / comme la hache du bourreau / les insultes du maître / […] et la volupté d'être / contre ta joue / oriflamme déchu / des jeux du cirque / ortie de la bienvenue / berceau des rires / et du brasier des mêmes jours […] ».

L'espace de ces amants est un collet encéphalique. Le rameau du risque est la cendre en heurts. Mais les cris sont poésie, par balle craquante, pour qu'on les rêve épurés et rougis d'origine :
« […] les cendres des mondes / abattus par moi / tu flamboies / […] / tous les soleils qui s'écaillent / sur le reflet de chaque pierre / te dessinent un masque de rides […] ».

« […] tu réserves tes cris / […] / pour le cil désigné / de l'audace / pour ma véhémence / contre le cours des choses / avec cet air de ne pas y toucher / que l'on attribue facilement / aux coupables, / […] contre ton soleil adossé à ma raison / l'averse, le long de ton jarret fou, / contre mon idole de principe […] ».

Épouse de ces équations, la chair de ciel bourru est une mappemonde bourdonnante où rester là. A la pointe de la noce en branle, scindant en roses et épines «La Belle Affaire», la part des bourgeons de chaque matin aux élytres gonflés, ne noircira pas :
«  Les ponts effondrés / les gués éphémères et obstinés / l'onde les soutient / les encourage / les passages sont nombreux / […] / efficaces / […] / renouvelés / […] / et le compas accomplit / le grand écart / revenu à ton point ».

Sous les plumes alternées d'Ana Orozco et de Jean-Raphaël Prieto, l'écrit superbement tremblant ouvert à une rare correspondance passionnelle irradie à l'infini d'atmosphères à la quelqu'un(e) de chéri pour longtemps.

La somptueuse illustration de Jean-Pierre Paraggio est une pelote à territoires profonds déposés au bonheur des serments.

 © Isabelle Dalbe





~ Groupe du Surréalisme international ~


Note de lecture

Ana Orozco & Jean-Raphaël Prieto
Jean-Pierre Paraggio, frontispicio de La belle affaire


En las ediciones Passage du Sud-ouest, Collection de l’umbo, acaba de aparecer un nuevo cuaderno poético, que en este caso reúne las voces de Ana Orozco y Jean-Raphaël Prieto, ambos participantes en las actividades del grupo surrealista de París desde hace ya algunos años, y por tanto nombres frecuentemente citados aquí.
Destaquemos el carácter novedoso, incluso insólito, de este poema que lleva por título La belle affaire, ya que se trata de un diálogo poético en que la voz femenina y la masculina se alternan quíntuplemente, en tiradas de gran aliento.
Se enriquece esta plaquette con uno de los maravillosos collages del infatigable animador de las “micro-publicaciones” del umbo, Jean-Pierre Paraggio.

 © Article complet, blog Surrint.  → ici




* *


Ana OROZCO & Jean-Raphaël PRIETO , poètes : leurs poèmes communs ou personnels ont paru dans Soapbox, feuillet de l'umbo, diffusé sur internet.
Ils sont membres du groupe surréaliste de Paris.

◘ Au printemps 2016, J-R Prieto a été l'initiateur du jeu de syllogisme poétique « IL CROYAIT VOIR... ».
Parmi les participants : Ana Orozco. Compte rendu → ici

◘ Entre autres textes :
LE SANG DANSE, poème de Jean-Raphaël Prieto, illustré par un montage numérique de Jean-Pierre Paraggio «Déveine pour Le Sang danse », a paru dans Soapbox 66 → ici

◘ Jean-Raphaël Prieto tient une chronique de poésie diffusée sur SOAPBOX.
• Contribution à propos de la «Ballade du concours de Blois» (Sopabox 74) et «La Ballade des pendus» de François VILLON (Sopabox 78 → ici)  .

◘ Jean-Raphaël Prieto est artiste (collages)
• Sopabox 68 : un superbe collage 2016 (entre autres) ici

*


Jean-Pierre PARAGGIO :
◘ Peinture, encres, dessin, collage, détournements, techniques mixtes, micro-publications.
Très nombreuses expositions en France (dont la plus récente à Toulouse, Galerie ARTIEMPO, mai 2017 → ici), et à l'international.

◘ Galerie de ses belles œuvres → ici

◘ La lumière noire des Chants de Maldoror, en 1969, trace irrévocablement la faille qui le conduit aux lisières de la poésie. Il a illustré les ouvrages de plusieurs grands poètes : Pierre PEUCHMAURD ; Louis-François DELISSE ; Laurent ALBARRACIN (Collection de l'umbo ; Pierre Mainard éditeur ; À, Le Réalgar éditeur, 2017 → ici) ; Joël GAYRAUD ; Anne-Marie BEECKMAN ; Jean-Yves BÉRIOU ; Christine DELCOURT ; Alexandre PIERREPONT ; Jean-Paul MARTINO ; Benoît CHAPUT (Quelques Mots Clairs, l'umbo, 2017) ; Julien STARCK (L’HIVER, Les Météores Éditions, 2017 → ici) ; etc.

► Animateur de la Collection de l'umbo depuis 1996 → ici ; des Cahiers de l'umbo entre 2004 et 2010 ; de l'impromptu 2011/2014 ; de Soapbox, feuillet internet, depuis 2013 → ici


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire