© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

lundi 22 avril 2019

Julien STARCK, DÉLUGE, Illustrations Jean-Pierre PARAGGIO, LES MÉTÉORES, 2018 - Notes de Lecture de Isabelle Dalbe, Laurent Albarracin, Claude Vercey, Alain Roussel





DÉLUGE
Julien STARCK – Sceaux
& Jean-Pierre PARAGGIO – Enigmats

10 euros, 48 pages

LES MÉTÉORES ÉDITIONS
6 place Auger Gaillard
81800 RABASTENS

Contact : julienstarck[at]gmail.com

SITE LES MÉTÉORES → ici 


Lecture/Téléchargement en Pdf d'extraits de DÉLUGE ici



Les beaux sceaux de Julien Starck, d'une vérité doublée de scansions de force égale, sont accompagnés par les recommandables énigmats énigmatiques de Jean-Pierre Paraggio, veilleurs éternels jusqu'aux perles des confins bruissantes :

La Flamme prise
Dans la glace de l'énergie
Fige d'hébétude
La Phrase éveillée
De la cendre
Rose du Cerveau

La porte ouverte, des sceaux haut nichés aux uniques énigmats enserpentés, se fait duvet paritaire par alliance. 

Isabelle Dalbe










VISUELS : SOAPBOX N°117, Feuillet de l'Umbo →
recto → ici
verso → ici



Jean-Pierre Paraggio, Énigmats

« L’oubli résonne comme un totem / Dans une forêt de flèches / Au coeur d’une cible en construction / Dans le ricochet de la banquise / Dans la couronne de l’arbre / Au pôle gelé / De ses fleurs // Ouvrir / Le paysage / Passer outre son feu / Franchir le règne décapité de sa pente / Les formes de la nuit abondent / Hors des reflets comme des fauves / Dans la ville / Le voyageur ouvre une pièce / A distance / Il gravit la mer au loin / Il marche sur la montagne / Il se vêt d’eau froissée // L’animal au front de mer / Plissé / Aux vagues circulaires / Aux circulations pierreuses / Dérive / Monstre d’amour / Vers une crête / A flanc de falaise / A flanc de flamboiement / A flanc de vague / Merveilleuse / De la vie diluvienne » (Dans le ventre de la baleine in Déluges)


Lien site Les Météores →  ici



◘ Laurent ALBARRACIN ◘


L'image poétique par Julien Starck

in REVUE CATASTROPHES N°15, Février 2019 


                        [...]
Laurent Albarracin, 
Revue Catastrophes N°15, février 2019

SITE REVUE CATASTROPHES → ici 



◘  Claude Vercey  ◘


Merveille de la vie diluvienne

[…] Julien Starck [...] avec Déluge, aux éditions Les Météores, [...] confirme une démarche engagée dans la lumière du surréalisme, comme je le notais déjà dans ma première intervention à propos de ce poète. La citation d’André Breton, qui tient lieu de prière d’insérer en page 4 de couverture, écarte tout doute quant à cette orientation.
Jean-Pierre Paraggio : illustration du poème
« Dans le ventre de la baleine »
de Julien Starck,
à l’intérieur de « Déluge »

Comme le fera le dernier poème : Dans le ventre de la baleine, le poème d’ouverture : Le Journal du poisson, relève assez étroitement de cette esthétique, avec l’utilisation intensif du génitif, si caractéristique :

La bribe de parole du poisson
Muet signe pourtant
La bouche du canon de son revolver
Le cul de poule de son nom
Le poignard de son bec
La paranoïa de sa progression
La vision de son avancée
Le silence confus de son ventre
Le magnétisme de ses vertèbres

Entre ces deux moments de résurgence, l’écriture de Julien Starck, dans les six brefs chapitres qui se succèdent, intitulés tour à tour Cercle, Onde, Surface, Vague, Sphère, Pli, sait se concentrer en gouttes de poésie, énigmes sentencieuses comme peut les proférer un Philippe Jaffeux, plus sophistiquées peut-être, avec un recours aux majuscules qui offrent une dimension magique aux mots les plus simples :

Le Nageur disparaît
Sous l’Eau
Mutique
Dans l’élément
Réel
De la Flamme

(in Onde)

[…] 
Claude Vercey, 
Revue Décharge, 17 décembre 2018 → ici




◘ Alain ROUSSEL ◘


Dans Déluge (Les Météores Éditions, 2018), Julien Starck appose ses Sceaux d'écriture sur la page, tandis que Jean-Pierre Paraggio vient dialoguer avec lui par l'image avec ses Énigmats. C'est comme un rituel magique pour tenter d'exorciser le monde et s'ouvrir par l'imaginaire à la Vision :

Le Vent
Le Vide
Les Étendues qu'il Claque
Veillent l'Homme
Comme une Tente
Lumineuse


                                  Le Vol
                                  Soustrait
                                  La Vue
                                  À l'Aile
                                  Qui frôle
                                  L'Air


Avec une Lenteur folle
Dans l'air
Muet
Une nappe de silence
Vole
Dans le Paysage

Alain Roussel, 
Son blog, article 6 janvier 2019 → ici 

◘ - ◘

Julien Starck


◘ Julien Starck a aussi publié :
► Éditions Les Météores : 
L'Hiver, (Poèmes), Jean-Pierre Paraggio (Illustrats), 2017.
  Articles → ici     et    ici 

« L'Hiver [...] C'est une très belle édition sur fond noir qui fait ressortir les mots précis du poète et les dessins en couleurs de JPP, série de créatures sous-marines, des très hauts fonds et qui ont en commun un œil fixe nous dévisageant. Très intriguant. »
Richard Walter
 INFOSURR (Actualités du surréalisme et ses alentours) 
N°130, mars-avril 2017
*
« [...] lisez L'Hiver où des poèmes de Starck accompagnent les illustrations composites et suggestives, fantastiques, de Jean-Pierre Paraggio, dans une réalisation confondante de précision des éditions Les Météores […] » 
Claude Vercey 
revue Décharge, 13 août 2017 

► Collection de l'umbo :
. JADIS, phrases avec des images de Jean-Pierre Paraggio, [ensemble de ''lambeaux rares'' ouvert par un texte de Giordano Bruno], 2017, Hors-série :
Image Jean-Pierre Paraggio

« Nous sommes les étincelles / Aux doigts gelés - / Les ricochets de la pierre À fleur d'eau / À fleur de blancheur / À fleur de force / Sculptés / Dans l'existence / Jadis - Le vide - Un règne / Où l'éclat  / Se donne / Avec l'éclair / À la main blanche / Du sang […] » Julien Starck, p.15


► Éditions Le Corridor bleu :
. L’Échelle magnanime : « [...] L'échelle magnanime est cette échelle qui change les proportions, qui les disproportionne, qui les fait généreuses et génériques, qui permet non plus seulement de les calculer mais de les propulser, qui leur permet de s'enfanter, de s'enchanter aussi bien, et qui d'un géomètre fait un astronaute, du chercheur de signes un dieu ou un demi-dieu. […]  » 
L. Albarracin 
Chroniques poétiques 'De l'image' → ici 

Les Cinq Sens, couverture : illustration de Jean-Pierre Paraggio. 
« Les cinq sens me semble une oeuvre centrale, par laquelle, comme tout vrai artiste, Julien Starck s'approprie l'histoire de son art pour la refonder. […] A elles seules, les citations mis en exergue suggèrent une traversée de l'histoire de la pensée et de la poésie, de Giordano Bruno (dont l'auteur semble être le spécialiste) à Antonin Artaud, en passant par Goethe, Villon et Rimbaud. Composé de petites suites alternant diverses formules d'écriture, en vers et en prose, sur des registres différents, mais avec une égale maîtrise dans chacun de ces parcours, Les Cinq Sens, nous ramène d'abord à la période baroque avec un cycle de Diane avec Orphée. Mais c'est bien l'aimantation, vers le surréalisme qui donne à cette poésie son élan le plus puissant, en cet esprit subversif dont on dit éteint l'incendie, mais dont les feux n'ont de cesse de se rallumer. Dont l'incendie prélude au feu de joie, écrit Julien Starck. En effet, au moins le temps des premiers fragments, -dont l'apparent prosaïsme des poèmes en vers sans rime (mais non sans rythme- de Corps divin-, sont convoqués les prestiges des passages, des rêves et des métamorphoses, le jeu du double et des miroirs […]. »
Claude Vercey,
revue Décharge, 13 août 2017 → ici


► Publication de poèmes dans Soapbox, feuillet de l'umbo, notamment récemment :
. LE DIEU ÉLÉPHANT, in Soapbox 130 (avril 2019) → ici

◘ Julien Starck est critique poétique, essayiste. Articles, notamment :
• Une véritable petite étude du travail de Laurent Albarracin et en particulier sur son livre Res Rerum, dont il fait une lecture croisée avec les textes de poétique de l’auteur, intitulés De l’image.
« La sensation de la réflexion » : Document PDF mis à disposition par le Site Poezibao → ici

• Une étude similaire du travail de Boris Wolowiek « La sensation de l'énigme » : Document PDF mis à disposition par le site Poezibao → ici

• La présentation des livres d'Élie-Charles Flamand :
. Percer l'écorce du jour, Ed. La lucarne ovale, 2015.
. Braise de l'unité, Anthologie poétique (1957-2014) Ed. Recours au poème, 2014.
Article in SOAPBOX 120, octobre 2017 → ici et ici


◘ Julien Starck travaille à l’édition du premier livre publié du philosophe italien Giordano Bruno.


Jean-Pierre Paraggio


Jean-Pierre Paraggio est un remarquable artiste : Peintures, encres, dessins, collages, détournements, techniques mixtes, micro-publications.
• Nombreuses expositions en France et à l'international.

• Il a illustré les ouvrages de grands poètes : Pierre Peuchmaurd (dont : La Nature chez elle, Collection de l'umbo  ici; Louis-François Delisse (À GAMBO enterrée au cimetière de Thiais depuis le 3 janvier 2011, Collection de l'umbo → ici) ; René Crevel (Elle ne suffit pas l'éloquence, postface de Michel Carassou. éd. Les Hauts-Fonds, Avril 2010) ; Laurent Albarracin (dont : À, éditions Le Réalgar, 2017 → ici) ; Joël Gayraud (Clairière du rêve, Collection de L'Umbo → ici; Anne-Marie Beeckman ; Jean-Yves Bériou (Et on s'en va -édition bilingue-, Collection de L'umbo → ici; Jean-Paul Martino (Osmonde suivi de Objets de la Nuit, Présentation de Claude Gauvreau, Postface de Richard Walter, Éditions Les Hauts-Fonds → ici) ; Jean-Raphaël Prieto & Ana Orozco (La Belle Affaire, Collection de l'umbo, 2016 → ici) ; Benoît Chaput (Quelques Mots Clairs, Collection de l'umbo, 2017 → ici) ; etc.

• Publications de poètes importants dans la Collection de l'umbo (cf ci-dessus) qu'il dirige depuis 1996 ; des Cahiers de l'umbo entre 2004 et 2010 ; de l'impromptu 2011/2014 ; de Soapbox, feuillet internet, depuis 2013 → ici

• De nombreux poètes ont écrit des textes ou des poèmes en regard des œuvres de Jean-Pierre Paraggio, notamment Paul Lemuel CABANEL, Quatre Poèmes : LA NUIT ÉCOUTE (Novembre 2016) ; D'UNE NUIT, SOUDAIN (Mars 2017) ; FESTINS, LA NUIT (Mars 2017) ; PORTEURS DE LUMIÈRE (2017), parus en juillet 2017 dans une plaquette de la Collection de l'umbo (H.C.) → Article ici

• Antérieurement, ont paru en regard des dessins, collages, encres, images détournées de cet artiste, textes et poèmes de : Pierre PEUCHMAURD, « Cent mille milliards de fois » in Colibris et Princesses, L'Escampette Éditions, 2004 ; Guy CABANEL, « Passage d'oiseaux dans le Sud-Est » ; Laurent ALBARRACIN, « Lévitation d'un coq en rêve de combat » ;  Mauro PLACI ; « Le songe heureux de la lumière » ; Roberto SAN GEROTEO « Écoute, Écoute...» ; Régis GAYRAUD : texte en regard d'une œuvre de J-P Paraggio présentée par Bruno MONTPIED sur son blog Le Poignard subtil ; Claude BARRÈRE « Chirurgies de papier » ; Julien STARCK, « Le Dieu Jaune » ; Joël GAYRAUD « Vision dans le Corail » ici


GALERIES DE SES BELLES ŒUVRES → ICI


CONTACT : jeanpierreparaggio[at]yahoo.fr


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire