© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

jeudi 16 mai 2019

THE BRIDGE, RÉSEAU TRANSATLANTIQUE POUR LE JAZZ ET LES MUSIQUES CRÉATIVES : ''CRYING OUT LOUD'' en tournée à CHICAGO, Illinois, États-Unis, MAI 2019


╔   NOUVELLE TRAVERSÉE DU MIROIR   





Fruit de la rencontre entre les orchestrations jazz
et les instrumentations électroniques : 
le quintet inédit Crying Out Loud.


CRYING OUT LOUD, le premier ensemble issu de la nouvelle génération de musiciens de The Bridge est en tournée depuis déjà deux semaines à Chicago avec une série de concerts jusqu'au 17 mai.

Dan Bitney, Rob Frye, JayVe Montgomery, Olivia Scemama & Simon Sieger ont largué les amarres : THE BRIDGE n'en n'a pas fini de traverser l'Atlantique !

CRYING OUT LOUD → plus ici





À l'Old Town School of Folk Music





Au California Clipper





À Woodland Pattern





À Constellation




Au Doug Fogelson Studio





Au Logan Center for the Arts de l'Université de Chicago


⋐ ⋑



THE BRIDGE



Réseau transatlantique pour le jazz et les musiques créatives

Source Image : The Bridge


«  Rapprocher durablement musiciens français et nord-américains, leur donner l’espace, leur donner le temps, leur donner la possibilité de développer leurs échanges et leurs projets créatifs, dans la réciprocité et la complémentarité, tel est l’objectif de The Bridge. À la base, notre dispositif prévoit donc que chaque ensemble franco-américain circule sur les deux continents à l’occasion de tournées conçues comme des voyages d’exploration. Les ensembles qui ont commencé en France passent ensuite aux Etats-Unis, et inversement.

Chaque tournée est par conséquent pensée et produite comme l’occasion d’une série de concerts en tant que tels, à l’évidence, dans toutes sortes de lieux (du club au festival, du conservatoire à l’université, de l’association de quartier au musée national, une quinzaine de concerts et d’événements, au minimum, sont chaque fois garantis). Mais aussi comme l’occasion pour les musiciens en déplacement de mieux connaître et de mieux comprendre l’environnement social, culturel et économique de leurs partenaires français ou nord-américains, grâce à de multiples événements parallèles qui s’adressent également et diversement à toute la société.

C’est pourquoi The Bridge ne se contente pas de promouvoir tel ou tel ensemble transatlantique, mais profite de chaque tournée pour électriser un réseau, et autour de ce réseau. Il s’agit de susciter une circulation réelle d’expériences, d’idées et de perspectives, de type presque ethnographiques. Et à travers le rapprochement des musiciens, à travers le rapprochement de musiques originales se nourrissant de ces expériences, les filtrant, les transposant et les transformant, il s’agit de rapprocher aussi les institutions qui travaillent à l’année avec ces musiciens, dans une complémentarité désirée et prodigue. Avec elles et à travers elles, faire mieux dialoguer la musique et le monde. »

The Bridge, Comité directeur → ici


☛ PROJET COMPLET → ici


⋐ ⋑


L'équipe de The Bridge 


Alexandre Pierrepont
Johan Saint 
Nader Beizaei 


Alexandre Pierrepont : anthropologue travaillant plus particulièrement sur les musiques afro-américaines en tant qu'institution sociale alternative. Partage son temps entre l'Amérique du Nord et la France, entre les différents "mondes du jazz" et les institutions universitaires (chercheur à Université Paris 5 - Sorbonne et Université Paris 7 - Denis Diderot et à l'IICSI [International Institute for Critical Studies in Improvisation] basé au Canada ; aussi, enseignant à Paris 7 - Denis Diderot, à Sciences Po, etc.). Il s'emploie à faire communiquer, sur le terrain, l'univers de la recherche scientifique et celui de l'expérimentation musicale ou socio-musicale.
Conseiller artistique & directeur de projets pour festivals et labels de jazz & de musiques improvisées. Membre du comité de rédaction de l'Art du jazz et de Multitudes. Publication régulière d'articles dans la presse musicale spécialisée ainsi que dans de nombreuses revues à caractère scientifique ou politique.
A organisé plusieurs forums et colloques autour des questions liées aux faits d'arts et aux faits de sociétés, aux positions d'entre-deux mondes caractéristiques de l'expérience afro-américaine du monde, et de notre "post-modernité".

☛ Auteur de : . "Le Champ jazzistique", éd. Parenthèses, 2002.
. "La Nuée - L'Association for the Advancement of Creative Musicians '(AACM), un jeu de société musicale", éd. Parenthèses, 2015.
. Polyfree – La jazzosphère, et ailleurs (1970-2015), textes réunis avec Philippe Carles, Éditions Outre Mesure, 2016.

« Alexandre Pierrepont a été un des animateurs du mouvement surréaliste à Paris au cours des années 1990 ; depuis toujours il était un passionné du jazz, cet art intimement lié à l'aspiration du peuple afro-américain à la liberté. Ce riche essai, qui appartient à la famille de l'ethnographie surréaliste -Roger Renaud, Vincent Bounoure – étudie l'histoire et la signification de L'Association for the Advancement of Creative Musicians, un collectif de jazzistes noirs, fondés à Chicago en 1965 par Muhal Richard Abrams et ses amis. Selon la prescription poétique de Pierrepont, l'AACM est à la fois une coopérative, une fraternité, une société secrète et ouverte, un mouvement socio-musical, un laboratoire d'expérimentation sociale, une institution alternative, un amas d'étoiles, une nuée. Cent soixante-trois musiciens, hommes et femmes, de tous âges, ont appartenu à cette « communauté élective », à Chicago et à New-York, en passant, parfois, par Paris. Proche du Black Power, tout en gardant une distance envers toute organisation politique, l'AACM s'organise selon les règles d'une Respectful Anarchy, qui tente de conjuguer solidarité et autonomie. Explorant les « mines d'or bleu » de leur musique expérimentale, Pierrepont met en évidence leur rapport avec un sacré dans l'univers, leur référence talismanique à l'Afrique, leur éthique de créativité, et surtout leur singularité dans le champ jazzistique. Un livre à savourer en écoutant les improvisations des musiciens de l'association. »

Michael Löwy, Note critique à propos de "La Nuée -  L'AACM ... »,
in Revue Alcheringa, N°1, janvier 2019 → ici


☛ Son dernier recueil de poèmes : Frontières du Monde habité, Pierre Mainard éditeur, 2018.
«  […] le verbe d’Alexandre Pierrepont est sous le contrôle paradoxal d’une conscience qui revendique l’imaginaire comme sa source et son aboutissement, d’une lucidité où le poétique et le politique ne sont pas vécus contradictoirement. 
[...] Pierrepont laisse parler sa voix, la laisse se nouer à d’autres langues, à la langue réitérative, lancinante et dansante venue d’Afrique, à la langue des cérémonies vaudoues, langue de chair et d’os autant que de mémoire et de savoir. [...] Des poèmes qui tonnent, ressassent, s’enfuient, reviennent, se taisent, éclatent, s’apaisent. Des poèmes faits pour habiter sans frontières notre monde. »
François-René Simon, février 2019,
in Site ''En attendant Nadeau'' → ici

« […] Alexandre Pierrepont partage son état de poète avec celui d'anthropologue et d'organisateur de musique improvisée et de poésie, en Europe et aux États-Unis. Son objet d'étude n'est pas seulement le champ jazzistique et la free music afro-américaine, mais également les expérimentations sociales, alternatives qui en résultent. Que Pierrepont dise et profère ses poèmes dans ce contexte (quelques disques en portent l'écho *) montre que la poésie dépasse pour lui le cadre de la page et même de l'oeuvre individuelle : elle est un mode de vie, un engagement éthique et social, une rencontre de l'autre. […] 
[…] Avec l'image poétique telle que la pratique Pierrepont, dans le droit fil, on l'aura compris, du surréalisme, le moindre objet, tout vibrant qu'il est d'être comparé, offre un accès à l'entièreté de l'éventail humain, sensible et sensitif. »
Laurent Albarracin,
in Revue Catastrophes, février 2019 → ici

Collabore régulièrement avec des improvisateurs sur des projets associant, de manière originale, poésie et musique, dont rendent compte les disques :
. « Maison Hantée » coréalisé avec Mike Ladd (2008), Label Rogue Art.
. «  Passages » coréalisé avec Didier Petit (2012), Label Rogue Art.
. «  De Fortune » avec la formation Bonadventure Pencroff (2014), Label MZ Records. 
« Traités & Accords » avec Denis Fournier (2016), Label Vent du Sud.  
  


Johan Saint : titulaire d'une formation d'Assistant de production et d'administration en musiques actuelles à l'université de Metz, il œuvre depuis plusieurs années dans le champ des musiques créatives, participant au projet The Bridge depuis sa création.
Par ailleurs, il a été chargé de production pour les festivals La Voix est Libre (Bouffes du Nord) et Rhizomes, régisseur pour la Blogothèque, il a coordonné les Jams Sessions de la Miroiterie et développé de nombreux projets collectifs tel le micro-festival Les Bouillonnantes en Normandie.
Également, c'est un musicien jouant dans différentes formations.



Nader Beizaei : avant de rejoindre l'équipe fondatrice de The Bridge, il a été, dans le champ des musiques créatives, directeur associé et chargé de production d'Arts for Art à New-York City : a dirigé la production des éditions 2013 et 2014 du Vision Festival, et a lancé le programme d'éducation musicale "Music is Mine" pour enfants défavorisés de la ville.
Sociologue de formation, diplômé de Sciences-Po Paris, ses activités de recherche portent sur les formes et méthodes d'organisations innovantes dans la production artistique.  


♦ - 

SITE « THE BRIDGE » → ici  et  ici


The Bridge
71 rue Ordener
Paris 75018, France

Contact général :
contact[at]acrossthebridges.org


www.facebook.com/acrossthebridges

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire