© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

mercredi 12 juin 2019

Christian HIBON, « DIX, LES TROPHÉES », Pierre Mainard Éditeur, mai 2019 ► LECTURE /SIGNATURE Librairie L’ARCHA DES CARMES, Arles, 14 juin 2019 à 18h30


 Christian Hibon, photo Marc Corigliano


Librairie L’ARCHA DES CARMES, 23 rue des Carmes 13200 Arles

Tél : 04 90 91 30 81

Facebook → ici


Vendredi 14 juin, à 18h30, à la librairie L’ARCHA DES CARMES, Christian Hibon viendra lire "Dix, les trophées, suivi de Avant toute chose" aux éditions Pierre Mainard.  


╔╗






Christian Hibon, DIX, LES TROPHÉES, Prose poétique
suivi de AVANT TOUTE CHOSE
Pierre Mainard Éditeur, mai 2019

10,00€ → ici

Pierre Mainard
18 rue Émile Fréchou
47600 Nérac
Tél/Fax : 05 53 65 93 92

E-mail : mainardeditions[at]free.fr


Facebook → ici


« Je vous présente quelques relevés d’empreintes de fées, de ma forêt personnelle, en plein cœur… André Hardellet disait à propos des fées : “Elles guettent le promeneur qui leur plaît (…) et leurs fantaisies ignorent nos limites.” Ces limites, j’ai voulu les transgresser par la poésie, seul terreau propice à la plantation de mots, capables, peut-être, de les attirer. Et parfois elles ont surgi, à travers ce braconnage du merveilleux : mes rituels d’approche sont devenus de plus en plus lisibles, le bal s’ouvrait, j’étais souvent un pâle cavalier, mais la piste était là. La découverte réelle, j’entends par là, une lucidité imaginaire de ce monde sauvagement majestueux, m’a conforté pour écrire cette courte biographie de leurs ébats, et de leur secret enthousiasme quant à nous rencontrer, si elles le désirent, seulement. »
Notice Christian Hibon

*

«  Je regarde la santé des fées, elles sont si peu nombreuses qu'on dirait un miroir de poche brisé dans le sac des clairières. Leur pâleur est une poudre pour tous les nids, c'est le grand maquillage des oiseaux, ces princes de l'air dont les serres sont les bracelets de leurs maigres poignets. Quant à l'unique bague qu'elles réclament, il suffira de plonger un doigt dans l'une de mes veines. ».

C. Hibon, Dix, Les Trophées, p. 11


« Je défile dans ma nuit. Quelques fines étoiles poussent sur mes lèvres. Ce ne sont pas des mots malgré leur apparence légendaire. Rien qu'une buée attendue par tous les miroirs. »

C. Hibon, Avant toute chose, p. 40

♦ - ♦


☛ «  Connaissez-vous Christian Hibon ? Si c'est le cas vous avez bien de la chance. Voilà un poète qui écrit depuis plus de quarante ans, mais qui se tient à distance. Les livres qu'il publie sont rares, souvent à compte d'auteur, à destination de quelques personnes qu'il choisit avec soin, dans une sorte de circulation secrète de l'écriture. Pour lui, la poésie est aussi une manière de vivre qui s’accommode fort peu de la banalité ambiante. Comme naguère à Calais où il placardait ses poèmes chargés d'anathèmes sur les arbres, il traîne maintenant depuis de nombreuses années sa longue dégaine, comme il le dit lui-même "sa silhouette d'ange déçu au détour des ruelles de la vieille ville", à Arles où souffle depuis toujours un vent salubre dont il se coiffe, non sans insolence. Si soudain, dans la nuit, vous entendez comme un grand rire de crécelle, ne cherchez pas : c'est le sien. Le rire n'est-il pas "son vin préféré" ? Le sentiment du dérisoire cohabite naturellement chez lui avec le sens de l'émerveillement et une mélancolie parfois. Il déteste une certaine poésie qui s'inspire de la vie quotidienne. Le réel, ce que Breton appelait le "peu de réalité", il préfère le traquer sans lui laisser de répit, chercher toutes ces fissures et lézardes par lesquelles l'imaginaire peut s'épancher en toute exubérance. Jubiler avec le monde par les mots, en toute liberté, telle pourrait être sa devise.

Aussi, ne soyez pas étonnés que Christian Hibon fréquente les fées, dans son dernier livre, "Dix, les trophées" * […]  »

Alain Roussel, Christian Hibon : la vigie hallucinée..., extrait → article ici

Dix, les trophées a paru, en juillet 2017 à cinquante exemplaires, accompagné de cinq encres de Marc Pessin aux Éditions Le Verbe et l'Empreinte.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire