© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

mardi 18 juin 2019

Jean-Pierre LASSALLE, Le Grand Patagon et autres poèmes, dessins de Christian d’ORGEIX, Le Grand Tamanoir Éditeur, 2018 ◘ - ◘ COFFRET de 40 DESSINS INÉDITS de Christian d’ORGEIX, Le Grand Tamanoir Éditeur & Éditions La Doctrine, mai 2019


╔  Jean-Pierre Lassalle, LE GRAND PATAGON 

ET AUTRES POÈMES   ╗



Dessins de Christian d’Orgeix






Jean-Pierre Lassalle, Le Grand Patagon et autres poèmes, 50 Dessins de Christian d’Orgeix, Préface de Mikaël Lugan, Le Grand Tamanoir, 2018 → ici

Les illustrations ont été éditées avec la collaboration des éditions La Doctrine de Genève.

180 pages, 15×21 cm, 50 illustrations inédites de Christian d’Orgeix, 15 €.

Le tirage de tête (30 exemplaires numérotés et signés par les artistes, accompagnés d’une gravure, signée par l’artiste) : 60 €.

Frais de port : 2€ (France) ; 3€ (étranger) ; gratuit à partir du 2ème ouvrage

Le Grand Tamanoir
75, rue Bellevue, 14000 Caen, France.

E-mail : contact@legrandtamanoir.net


BON de COMMANDE → ici




«  […] Jean-Pierre Lassalle vient du surréalisme et sa poésie en est un éclat augmenté. L’obscurité n’y est qu’apparente ; à mieux y regarder, cette aveuglante obscurité est plutôt excès de lumières ; la langue du poète n’est difficile a priori que parce qu’elle puise sa richesse dans toutes les sources, à moins qu’elle ne soit la langue des oiseaux. Lassalle accueille naturellement ce précipité de mots et d’images qui s’impose sous la forme du poème. Comme le cristal, le poème renvoie à l’oeil la lumière en en multipliant les reflets et, incliné d’une certaine manière, demeure transparent. Cette anthologie de poèmes (1962-2015) propose de se laisser prendre à ces reflets. […] ».

Mikaël Lugan, extrait Préface


«  Mon amante au dos d'ibis rouge ma bien-aimée aux seins couleur de l'aulne a posé ses lèvres sur mes paupières puis a murmuré qu'elle m'aimait à mourir. Ses jambes firent alors trois fois le tour de l'arbre son rire me glaça. Elle tomba très vite très fort et se brisa en sept rhomboèdres étincelants. Sur l'aire bleue des errements il n'y a pas d'oiseau lulu il n'y a pas d'oiseau crex-crex. Le voyageur frappe dans ses paumes et laisse périr la petite upupa epops. Au creux des dunes l'oiseau d'alios Firki-le-Pâle parcourt la nuit silencieusement. Ses empreintes sont autant de seins incus ; je marche sans fin sur les sables sur les pierres car j'ai perdu ma bien-aimée au plus amer des Tassili.

[…]

Ma bien-aimée je t'aime sur mille plages et le sable m'endort entre tes bras rosés selon une ivresse très proche de la blondeur. Mélisande aux cent sourires Mélisande tisse l'aubépine et le chèvrefeuille entre nos corps entrelacés et la forêt panique nous recouvre tous deux de ses lianes. […] »

Jean-Pierre Lassalle, extrait ''Poème pour Cycna-Cytise '', p. 17/18



Christian d'Orgeix, Dessin pour Le Grand Patagon, p. 16


«  Partant lui aussi du surréalisme, Christian d’Orgeix propose en contrepoint des images récentes et inédites murmurant des fossilisations de fougères et d’empreintes. Tels des souvenirs minéralisés, elles sont un pendant graphique lumineux et mystérieux à cette poésie. […] ».

Mikaël Lugan, extrait Préface → ici




╔   Jean-Pierre Lassalle / Christian d’Orgeix : 
Le Grand Patagon et autres poèmes  ╗



in Surrealismo Internacional

→ surrint.blogspot.com








Poème '' Feuilletant '' de Jean-Pierre Lassalle, p. 142
Dessin, Christian d'Orgeix,  p. 143
Source : blog surrint →  ici



« Ya tuvimos ocasión de anunciar la aparición de este precioso libro, nueva edición de Le Grand Tamanoir, en que se reúnen poemas de Jean-Pierre Lassalle con los que dialogan numerosos dibujos de Christian d’Orgeix. Se trata de uno de los más bellos poemarios con que nos hemos deparado en mucho tiempo. […] ».

Extrait, article complet in blog surrint → ici




◈ Jean-Pierre Lassalle ◈



« Jean-Pierre Lassalle se meut entre le Trobar leu et le Trobar clus des anciens troubadours, cherchant constamment à atteindre et transfigurer le surréel.
On retrouve dans ses poèmes, Eros, Thanatos, et la Haute Tradition ésotérique et chevaleresque.
Une œuvre poétique totalement atypique qui n’en rappelle aucune autre, ce que confirme la belle anthologie 1962-2015, Le Grand Patagon (Le Grand tamanoir, 2018). ». 
Christophe Dauphin, site Les Hommes sans épaules


☛ Né en 1937. Poète « qui sait caresser l’oiseau dans la pierre, capter le soleil ou la lune d’une monnaie », selon André Breton. 
Il a participé aux activités du mouvement surréaliste de 1959 à 1966. Essayiste.
☛ Chaire de linguistique et littérature française à Toulouse (1969 à 2006).
☛ Publication de ses théories monétaires dans la revue Bief n°10/11, 1960 : « ■ macroscopique : mettre en circulation d’énormes billets de banque en béton précontraint avec figurant la République une vestale murée vive dans un bain de plexiglas... ■ microscopique : frapper une monnaie plus petite qu’un grain de sable, une monnaie que l'on perdra tout le temps ; que l’on aura sous l’ongle, dans l’œil, dans une dent creuse... » : Cf photos documents / Site surrint → ici
☛ Publication de textes et poèmes dans les revues Évohé, Préverbes, Non Lieu, Les Hommes sans Épaules et Supérieur Inconnu.
☛ Ses premiers recueils de poésie en 1962 (Le Grand Patagon, éd. Salingardes), 1963 (Retour de Rodez, éd. Riol), 1969 (Diramant, éd. Riol, 1969), 1971 (Enfin Lépanteéd. Riol), etc. ont été appréciés, notamment par Hans Arp, Joseph Delteil, André Pieyre de Mandiargues, Jehan Mayoux.
☛ Co-fondateur de la revue Renaissance traditionnelle en 1971, il a aussi dirigé Les Cahiers d’Occitanie de 1985 à 2016, où il a publié ses trouvailles sur le comte de Lautréamont (ainsi que dans les Cahiers Lautréamont à partir de 1988).
☛ En dehors de la sphère surréaliste, Jean-Pierre Lassalle s’est beaucoup penché sur les poètes François de Maynard et Alfred de Vigny.
☛ Une notice "Una entrevista a Jean-Pierre Lassalle'' lui est consacrée dans le Caleidescopio surrealista de Miguel Pérez Corrales → ici.
☛ Il collabore au bulletin d'informations sur le surréalisme, Infussur, et aux Cahiers Benjamin Perret ; il continue de publier des recueils poétiques (dont les récents Les Petites Seymour, 2007, Il convient, 2015) et des préfaces, comme celle de la Chronique surréaliste de Charles Jameux (2017).

 Article complet : site Le Grand Tamanoir → ici


☰ ☲ ☰



╔  COFFRET DE DESSINS INÉDITS 

de CHRISTIAN D’ORGEIX  ╗





Coffret d’art de dessins inédits de Christian d'Orgeix → plus ici

Après l’édition Le Grand Patagon et autres poèmes de Jean-Pierre Lassalle avec des illustrations inédites de Christian d’Orgeix, les éditions du Grand Tamanoir continuent la collaboration avec cet artiste.

Elles participent à l’édition d’un coffret d’art de 40 dessins inédits de l’artiste par les éditions La Doctrine de Genève.

Dessin de Christian d'Orgeix
incrusté dans la toile de la couverture du coffret

Ce coffret propose la reproduction de 40 dessins inédits réalisés par Christian d’Orgeix entre 2017 et 2018.
Ils ont été imprimés en couleurs sur papier Rivoli 240 gr au format 21×29,7 cm.
Dans chaque coffret, est inséré l’original signé d’un des 40 dessins de Christian d’Orgeix.

Entièrement réalisé à la main à Paris, le coffret de couleur ivoire est recouvert en toile et papier d’art. Un dessin de l’artiste reproduit sur papier ivoire et incrusté dans la toile a été choisi comme titre pour annoncer cet ensemble inédit.





Création sur mesure, chaque coffret forme un véritable écrin pour les dessins récents de l’artiste.
Le coffret est introduit par un texte biographique de Christian Oestreicher.
Le tirage est de 40 exemplaires numérotés, le tout édité par les éditions La Doctrine (Genève) et les éditions Le Grand Tamanoir (Caen).
Un des 40 dessins de Christian d'Orgeix
(Photo Basse résolution)


« Sortes de fossilisation de fougères ou d’empreintes, [les dessins de Christian d’Orgeix] ressemblent à ces lamelles minérales d’une finesse extrême que les géologues obtiennent par découpe laser et qui font apparaître, dans la transparence ainsi obtenue, la structure complexe et mystérieuse de la pierre. Le plus étrange est que ces lamelles, épaisses comme une feuille de papier, révèlent à l’observation des strates, des angles, des vides apparents, une profondeur : tout un monde bactériologique a priori pétrifié, mais qu’un rayon de lumière ou une certaine inclinaison suffirait à remettre en expansion. » 

Mikaël Lugan, avril 2018.



LES 40 DESSINS : CHOIX et DISPONIBILITÉ → ici



PRIX & COMMANDE COFFRET DESSINS C. D'ORGEIX → ici





Christian d'Orgeix ◈



« Christian d’Orgeix, homme entier, intègre, luttant contre vents et marées, suivant une route étroite, peu fréquentée, toujours à la marge – de la société, cela va sans dire, mais aussi de tout groupe constitué – ce qui lui a, à de nombreuses reprises, fortement compliqué la tâche. »
« Cet homme est un anachronisme. Un insaisissable atemporel. Peintre surréaliste disent certains. Mais, d’aucune faction, il a beaucoup pris du mouvement et beaucoup donné au mouvement sans toutefois en faire partie. Farouche d’une seule feuille. »
« Ce qui frappe au premier abord, c’est son élégance, tant dans les manières que dans les propos. Puis son érudition des obscurs, ses fascinations pour les merveilles oubliées. L’obscur, il l’a vécu au quotidien, partout où il a habité, dans ces ruines poussiéreuses, entoilées par l’aragne, où l’humidité favorise les développements de champignons mystérieux et surtout dessine sur les murs des messages de beauté. » 
Christian Oestreicher, août 2014


☛ Christian d'Orgeix (18/12/1927–05/05/2019), peintre, dessinateur.
« Avec ses couleurs, il saisit le côté le plus obscur de la lumière; avec la férocité de son dessin, proche de l’angoisse d’un Munch, prévaut toujours le mystère; avec le pouvoir dramatique de ses thèmes, il ne se départit jamais d’un rapport de ferveur entre Éros et Thanatos. D’Orgeix élabore un genre de connaissance intérieure permettant au passé et au présent de cohabiter dans un rapport complémentaire »
Arturo Schwartz, 2011

☛ Sculpteur, concepteur d'objets et d'assemblages divers où il reste « surréaliste-classique » → Les Clefs de la naissance (1952), La Danseuse (1953), Poupée (1958), Le Spectre de Don Juan (1970), Princesse Clair-de-lune (1992), Le Maharal de Prague (1995), Le Dernier-né (2012) ou La Capricorne (sans date).
☛ 1947 : rencontre Hans Bellmer. A partir de 1948 : collaboration avec ce dernier, notamment il colorise à l’aniline les photographies de la deuxième poupée de Bellmer.
☛ Publication dans la revue Le Surréalisme même, et participation à l’exposition EROS (1959).
Par Bellmer, il fréquente le groupe surréaliste.

« Mes peintures et mes dessins avaient pour point de départ l’automatisme et cela suffisait à les rendre éligibles pour le surréalisme. Ensuite, mon attrait pour l’ésotérisme et pour l’alchimie donnait à ma peinture une saveur particulière qu’appréciait ce mouvement. Aussi, bien que n’ayant jamais adhéré au groupe surréaliste pour des raisons personnelles, ma peinture suscitait un vif intérêt de la part des surréalistes » 
Christian d’Orgeix, entretien avec Fabrice Flahutez, 2006.

Mais il n’appointe ni au surréalisme ni à l’informel abstrait à la mode dans les années cinquante. Sa peinture sera toujours à part et de ce fait en dehors des histoires de l’art des magazines.

« Je suis pour la grâce, je suis pour le désordre, je suis pour tout ce que les gens n’aiment pas »
Christian d’Orgeix, Saint-Christol-lès-Alès, 27 juillet 2011

Participation à de nombreuses expositions du mouvement Phases animé par Édouard Jaguer.
Écrivains ou artistes l’accompagneront ou écriront sur lui comme Henri-Pierre Roché, Ragnar von Holten, José Pierre, Arturo Schwarz, Renzo Margonari…


 Article complet de Christian Oestreicher : site Le Grand Tamanoir → ici

Article complet de Christian Oestreicher : site Infossur 
(avec photo du tableau ''l'androïde de la reine mère'', 1974
et un dessin, 2016)  →  ici


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire